Alaska

ALASKA

drapeau alaska

blason

L’Alaska est le 49e État des États-Unis. Il a la particularité de n’avoir aucune frontière commune avec le reste des Etats Unis d’Amérique. Il est situé entre le 55ème et le 71ème parallèle NORD. État formé par un territoire continental principal, il a la particularité de posséder au SUD, une bande côtière située entre le 55ème et le 60ème parallèle. C’est le plus vaste état des états unis avec 1 717 854 km². L’Alaska s’étale sur environ 43 ° de longitude (130/173 ° W) et 16 ° de latitude (71/55 ° N)

L’Alaska a les mêmes diversités que ses voisins canadiens, Yukon, Territoires du Nord Ouest, son environnement est très varié. Il a une partie arctique, subarctique, côtière et une péninsule s’étirant loin dans la mer de Béring. La point sud de ses îles a la même latitude que Québec.

Sa capitale est Juneau et sa plus grande ville est Anchorage, où habite environ 40 % de la population de l’État. Avec une superficie totale de 1 717 854 km2, il est l’État le plus étendu et le plus septentrional du pays, mais l’un des moins peuplés, ne comptant que 731 449 habitants en 2012.

Alaska signifie « continent » en aléoute. Cette région, que l’on appelait au xixe siècle l’« Amérique russe », tire son nom d’une longue presqu’île, au nord-ouest du continent américain, à environ 1 000 km au sud du détroit de Bering, et qui se lie, vers le sud, aux îles Aléoutiennes. Peuplé par des aléoutes, esquimaux (notamment Inuits et Yupiks) et peut-être d’autres amérindiens depuis plusieurs millénaires, le territoire est colonisé par des trappeurs russes à la fin du XVIII ème siècle. L’Alaska vit alors essentiellement du commerce du bois et de la traite des fourrures. En 1867, les États-Unis l’achètent à la Russie pour la somme de 7,2 millions de dollars (environ 120 millions de dollars actuels), et celui-ci adhère à l’Union le 3 janvier 1959.

Le Denali, Denali ( celui qui est haut en koyukon) anciennement  Mont Mc Kinley (6 168 mètres d’altitude), point culminant d’Amérique du Nord,Mont Denali ou Mc Kinley
se trouve dans la chaîne d’Alaska et constitue le cœur du Parc national de Denali. Le climat y est de type polaire, et la faune caractéristique des milieux froids (grizzli, caribou, élan, ours blanc…).

Partie arctique de l’Alaska:

La partie de l’Alaska présente au Nord du cercle polaire représente une superficie de 65 000 km². La partie côtière est longue de 1700 km.

Au nord du cercle polaire, la chaîne de Brooks, massive et peu élevée, s’étend sur 1 000 km environ, de la frontière canadienne à la mer des Tchouktches. Les altitudes moyennes sont de l’ordre de 1 500 m, quoique la chaîne culmine près de la frontière canadienne à plus de 2 700 m. Peu de glaciers subsistent, mais le relief témoigne de glaciations anciennes. Le versant nord des monts Brooks est prolongé par des collines d’altitude décroissante qui aboutissent à une plaine s’étendant jusqu’au rivage arctique. Toute cette région est appelée North Slope ou Artic Slope. Le climat est froid et aride, et le sol gelé sur une profondeur de plusieurs centaines de mètres. De grands refuges ont été créés pour protéger les hardes de caribous migrateurs. La banquise est habitée par des phoques, des morses et des ours blancs ; lorsqu’elle se retire, plusieurs espèces de baleines migrent au large de la côte arctique.

Au nord du cercle polaire, la chaîne de Brooks sépare les régions centrales des plaines arctiques.

Géographie:

L’Alaska, d’une superficie de 1 518 769 km² (presque trois fois celle de la France), est entouré :

au Nord, la mer de Beaufort et l’océan Arctique

à l’Ouest, la mer des Tchouktches et la mer de Béring. La Russie n’est qu’à 83 kilomètres séparée par le détroit de Béring.

au Sud, le golfe d’Alaska et l’océan Pacifique et la Colombie Britannique.carte de l'alaska

à l’Est, le territoire du Yukon dans sa partie Nord et la Colombie Britannique dans sa partie Sud.

Îles et fjords compris, la longueur des côtes atteint 54 000 km, soit plus d’une fois et demie le littoral du reste des États-Unis. À l’est, la frontière avec le Canada s’étend sur 2 470 km, dont environ 1 050 km en ligne droite vers le nord à partir du mont Saint Elias. La cordillère qui traverse tout le continent américain décrit un vaste arc de cercle dans le sud de l’Alaska ; elle est prolongée par la chaîne des Aléoutiennes. Au nord du cercle polaire, la chaîne de Brooks sépare les régions centrales des plaines arctiques. Le relief prononcé détermine des régions naturelles et des zones climatiques fort diverses.

Sud-Est :
Au sud-est, la bande de terre large de 40 à 80 km, longue de 900 km environ, est très montagneuse. De hauts sommets séparent cette région appelée le Panhandle du Canada. La côte est découpée de profonds fjords. Les précipitations abondantes sont responsables, avec les gigantesques glaciers , d’une forte érosion. Le mont Saint Elias, point le plus élevé de la région, s’élève, tout près de la mer, à 5 489 m. Serré contre la côte s’étend un archipel d’un millier d’îles, dont certaines atteignent une taille considérable.
Plus de 70 % du Sud-Est est recouvert de forêts de conifères et d’un sous-bois dense qui abrite des cerfs, des ours et de nombreux petits mammifères.

Littoral :
Le rivage alaskien est découpé et accidenté : les chaînes côtières plongent dans l’océan. La transgression flandrienne a provoqué une remontée du niveau des eaux et formé des fjords impressionnants. La navigation est rendue difficile par la présence d’obstacles permanents (îles, écueils) ou temporaires (icebergs). Le fait que la côte soit fortement découpée a permis l’installation de plusieurs ports. L’Alaska comprend de très nombreuses îles, en particulier au sud (archipel Alexandre) et à l’ouest (îles Aléoutiennes), ce qui explique la grande longueur du littoral. Les deux plus grandes îles sont l’île Kodiak et l’île du Prince de Galles. L’archipel des Aléoutes s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres. Le Passage Intérieur est utilisé pour la navigation : il mesure 860 km de long et compte 70 grands glaciers entre les 55

Relief:

Avec ses glaciers qui produisent des icebergs, ses volcans qui sculptent des vallées lunaires, ses montagnes qui continuent de s’élever vers le ciel, l’Alaska, aux paysages en perpétuel devenir, est le contraire d’une terre ferme. Ce coin de la planète, terre d’élection pour les géologues, est le théâtre de vastes mouvements tectoniques : failles, éruptions, séismes sillonnent et secouent ce « bloc fantastique venu d’ailleurs ».

Des 3 000 cours d’eau qui sillonnent l’Alaska, le Yukon est le plus célèbre. Il serpente sur 2 000 km, de la frontière canadienne à la mer de Béring, charriant encore les pépites de la ruée vers l’or : une voie légendaire et historique. Le nom d’Alaska vient d’un mot de la langue aléoute qui veut dire la grande terre ; pourtant, l’immense réseau fluvial et les 3 millions  de lacs en font plutôt un monde aquatique où l’hydravion est roi.

Le nord de l’Alaska est formé de massifs montagneux beaucoup moins accidentés que ceux de la partie méridionale : monts Bairds à l’Ouest et chaîne de Brooks, qui dépasse cependant 2 500 m vers l’Est.

En bordure de la mer de Beaufort, enfin, s’étendent des plaines couvertes par la toundra.

L’Alaska est une grande zone sismique. Deux des trois plus violents tremblements de terre jamais enregistrés ont touché l’État américain :

à Prince William Sound, en 1964 (séisme de magnitude 9,2)
dans les îles Andreanof, en 1957 (magnitude 9,1)

Volcans:
La péninsule de l’Alaska compte de nombreux volcans en activité. Sur la partie nord-est de la Ceinture de feu du Pacifique, les volcans Mont Pavlof (2 518 mètres), Augustine (1 227 mètres), mont Redoubt (3 108 mètres), Mont Spurr (3 374 mètres), mont Okmok

Volcans d’Alaska

mont redoubt volcan alaska
volcan augustine alaska
mont pavlof volcan alaska
mont redoubt volcan alaska
volcan okmok alaska

Le chapelet des îles Aléoutiennes témoignent du choc tectonique : elles ont une forme pointue (exemple : le volcan Mont Shishaldin, (2 857 mètres) et prolonge la cordillère de la chaîne des Aléoutiennes. En 1912, une violente explosion a décoiffé le mont Katmai de ses 600 derniers mètres. Plusieurs tonnes d’oxyde de soufre ont été projetées dans l’atmosphère, à plus de 15 kilomètres du sol et ont perturbé la mousson en Asie. Haut-lieu mondial de la volcanologie, la vallée des Dix Mille Fumées a été recouverte par les cendres sur une surface de 100 km2.

La fosse des Kouriles borde le plateau continental de l’Alaska au sud et atteint une profondeur maximale de 10 498 mètres.

 

Démographie:

En 2013, 735 132 personnes habitaient l’Alaska.

Elles sont réparties dans 148 municipalités dont 11 ont plus de 5000 habitants.

 

Anchorageanchorage

61º 13′ N, 149º 52′ W (mouillage en anglais) 300 950 hab, située dans le Sud de l’état dans le burough d’Anchorage à 61°N comme Stokholm, Oslo.La ville connaît un tremblement de terre le 27 mars 1964, de magnitude 9,2 le plus important d’Amérique du Nord.

 

 

juneauJuneau

58º 18′ N, 134º 25′ W . 32600 hab: capitale de l’état n’est pas atteignable par la route. Seuls le bateau ou l’avion permettent de s’y rendre. Elle est située dans la bande côtière au sud de l’état.

 

 

fairbanks alaska
Fairbanks

32324 hab,  située au nord du 64e parallèle, entre la rivière Chena et la rivière Tanana au centre de la partie continentale de l’Alaska.

 

 

ville de sitka alaskaSitka

9020 hab( webcam), située sur l’île Baranof de l’archipel Alexandre, sur la côte Pacifique dans la partie côtière .

http://www.cityofsitka.com/index.html

http://www.sitka.org/

 

Wasillawasilla alaska

7831 hab se situe à mi-chemin entre la vallée de Matanuska et la vallée de Susitna Valley, sur la George Parks Highway. La ville s’étend entre le lac Wasilla et le lac Lucille, à 69 km au nord-est d’Anchorage et 16 km à l’ouest de Palmer. Site officiel.

 

 

 

ketchikan alaskaKetchikan

8214 hab se situe sur le côté sud-ouest de l’île Revillagigedo, dans l’archipel Alexandre. Elle s’oriente le long du goulet Tongass. Elle est situé tout au sud de l’état. Visiter Ketchikan

 

 

kenai ville d'alaska

Kenai

7452 hab
située au sud de la partie continentale,elle tient son nom du mot Dena’ina Ken ou kena qui signifie, plat, prairies, champs dégagés avec quelques arbres1. Les indigènes s’appelaient eux-mêmes autrefois Dena’ina mais certains employaient le nom Kenaitze, qui est le terme russe pour habitants des plaines ou kena, c’est ce nom qui est resté en usage depuis.

 

 

palmer alaska
Palmer

 6461 hab, située au centre de la vallée abondante de Matanuska au nord est d’Anchorage sur la Glenn Highway .  Site de la ville de Palmer.

 

 

Kodiak:ville de kodiak alaska

6423 hab, située sur l’île de Kodiak dans le borough de l’île Kodiak (plus grande île de l’Alaska). La ville regroupe la moitié environ de la population de l’île et vit essentiellement de son port de pêche. De 1792 à 1799, Kodiak était la capitale de l’Amérique russe. L’église russo-orthodoxe et le musée Baranow rappellent ce temps. Ce musée est hébergé dans le plus vieux bâtiment en bois d’Alaska qui servait avant de dépôt et magasin de négoce en fourrure. La ville possède 2 autres musées Alutiiq Museum & Archaeological Repository, et le Kodiak Military History Museum. Site de la ville: Kodiak.ak.us.

 

ville de bethel alaskaBethel:

6363 hab, située au sud est de la partie continentale. Son nom yupik, Mamterillermiut, et signifie l’endroit où l’on fume les poissons. C’était un comptoir de commerce pendant tout le dix-neuvième siècle, sa population était de 41 habitants en 1880. Une communauté de Frères Moraves y avait établi une mission en 1885, ainsi que l’église orthodoxe russe et une poste y a été établie dès 1905.

Hornerville de Homer en Alaska

5310 hab, située au sud de la partie continentale, La ville a été nommée en hommage à Homer Pennock, un promoteur arrivé en 1896 pour exploiter les mines d’or de la région. Actuellement, le tourisme, la pêche sportive et commerciale ainsi que le bois sont les principales activités économiques. Homer est la capitale mondiale de la pêche du flétan.

Les autre municipalités sur Wikipédia.

Des villes fantômes existent suite à leur désertification:

Chicken, Chisana, Council, Dyea, Iditarod, Katalla, Kennecott, Kwigiumpainukamiut, Ohagamiut, Ophir, Prospect Creek, Tofty.

Economie:

Les principales activités du secteur primaire sont la pêche, l’exploitation du bois, des matières premières et des hydrocarbures. La plupart des biens manufacturés est importée, ce qui renchérit le coût de la vie des habitants.

Le milieu naturel ne laisse que peu de terres pour l’agriculture : la Matanuska Valley (en), au nord d’Anchorage, est cultivée depuis les années 1930 et donne des récoltes de pommes de terre, salades, tomates, choux55.

Exploitation des hydrocarbures:
Le sous-sol de l’Alaska est riche en gaz naturel, charbon, or, zinc et autres minerais. Mais surtout, cet État assure 17 % de la production américaine de pétrole, même si celle-ci est en baisse depuis les années 1970. 90 % du budget de l’Alaska viennent des hydrocarbures.

L’ère de l’or noir bouleverse l’Alaska. Au nord-est de l’État, la découverte d’un énorme gisement de pétrole a entraîné, en 1973, la construction d’un pipe-line reliant Prudhoe Bay à Valdez, d’où était partie la ruée vers l’or en 1904.

En novembre 2005, la Chambre des représentants a renoncé au projet d’exploitation pétrolière dans le territoire protégé de l’Arctic National Wildlife Refuge. Face à la demande grandissante de pétrole, le président Bill Clinton a ouvert l’exploitation vers l’ouest de la National Petroleum Reserve. L’association écologiste Alaska Wilderness League se bat pour empêcher l’extension de l’exploitation, en organisant des campagnes médiatiques retentissantes (Save the Arctic) et en appelant au boycott d’Exxon.

Une partie du nord est exploitée par plusieurs compagnies telles que British Petroleum, Exxon et ARCO (en). Il s’agit de la National Petroleum Reserve. L’or noir est également tiré d’une zone off-shore, malgré les conditions climatiques polaires. À elle seule, la zone de Prudhoe Bay produit la moitié du pétrole de l’Alaska et assure 8 % de la production totale américaine58. En mars 2006, la compagnie britannique BP avait découvert une fuite sur un oléoduc de transit de Prudhoe Bay, qui avait laissé s’échapper entre 760 000 et un million de litres de pétrole. Une nouvelle fuite, début août, entraîne l’arrêt provisoire du forage.

Voir aussi la page sur l’extraction pétrolière et gazière dans le Grand Nord.

Bois:
La forêt représente la grande richesse du sud de l’Alaska. L’industrie du bois occupe une partie des effectifs industriels.

Secteur tertiaire
Pour le secteur tertiaire, les services, les emplois publics et les métiers du transport occupent une place prépondérante. Le personnel militaire et civil du Pentagone représente une grande partie de la population. Il existe plusieurs bases de l’armée, installées depuis la guerre froide comme celle de Clear.

Enfin, depuis quelques années, l’activité touristique se développe rapidement. En effet, les atouts ne manquent pas : dépaysement, chasse, pêche, randonnées, aurores boréales.

Parcs nationaux:

Denali (Denali National Park and Preserve) est un parc naturel et réserve . Le parc s’étend sur 24 585 km2, soit la taille de quatre départements français. Site officiel.

Katmai (Katmai National Park and Preserve) est un parc naturel national et réserve. Il est remarquable pour sa vallée des Dix Mille Fumées formée à la suite de l’éruption du Novarupta en 1912 ainsi que par ses ours bruns dont on estime le nombre à plus de deux mille. Il existe quatorze volcans en activité dans cette région dont le Novarupta et le mont Katmai. Les ours bruns se rassemblent en grand nombre à Brooks Falls pour attraper des saumons migratoires. Nourri par cette offre riche de protéine, les ours bruns de Katmai peuvent atteindre de grandes tailles : des grands mâles dépassent trois mètres et leur poids peut atteindre une tonne. Site officiel.

Kenai Fjords (Kenai Fjords National Park) . Il comprend quelques 40 glaciers, 23 espèces de mammifères marins, 20 espèces d’oiseaux marins. Il offre de somptueux paysages de baies, de fjords et d’îlots rocheux où l’on peut observer des pingouins, des macareux, des cormorans, des phoques, des otaries de Steller, des baleines grises et à bosse, des orques, des marsouins de Dall et des loutres de mer. C’est un parc accessible par la route via le glacier Exit. Site officiel.

Lake Clark (Lake Clark National Park and Preserve)  situé dans le Sud-Ouest de l’Alaska. Ses paysages de toundra, de forêts et de volcans actifs (mont Redoubt, mont Iliamna), attirent en moyenne environ 5000 visiteurs par an. Site officiel.

Kobuk Valley (Kobuk Valley National Park) situé au Nord-Ouest de l’Alaska. Les visiteurs du parc peuvent admirer les dunes de sable de 45 mètres de hauteur. Site officiel.

Gates of the Arctic (Gates of the Arctic National Park and Preserve) . Avec 34 297 km2, soit près de trois fois la superficie de la région Île-de-France, c’est le second plus grand parc naturel des États-Unis. Site officiel

Wrangell – Saint-Élie (Wrangell-St. Elias National Park and Preserve)situé au sud de l’Alaska. La région du parc se trouve dans une réserve de biosphère et fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit du plus grand parc national aux États-Unis, avec une superficie de 53 321 km2. Il comprend le second sommet du pays, le mont Saint-Élie, culminant à 5 489 mètres. Il borde le parc national canadien Kluane. Il fut créé en 1980 par l’Alaska National Interest Lands Conservation Act. Site officiel.

Glacier Bay est une réserve naturelle d’Alaska classé au patrimoine mondial de l’humanité et en tant que réserve de biosphère par l’Unesco. 20 % de sa superficie est constituée par une réserve marine. Ces paysages de fjords, et de champs de glace abritent des espèces menacées comme la baleine à bosse ou l’otarie de Steller. Le parc reçoit environ 400 000 visiteurs par an. Site officiel.

 

 Climat:

Quoique l’Alaska soit situé à la même latitude que la Scandinavie, on ne peut comparer ni leurs conditions naturelles ni leur développement économique actuel ou potentiel. En effet, à l’exception de la côte du Pacifique, la nature est plus hostile à l’homme en Alaska que dans le Nord européen. Le littoral de l’océan Arctique et de la mer de Béring possède un climat polaire. L’hiver est long, froid (température moyenne inférieure à – 18 °C pendant 170 à 180 jours, minimale de – 40 à – 50 °C) et relativement sec. L’été est court, sans chaleur (moyenne inférieure à 10 °C) et reçoit quelques précipitations. Dans les vallées intérieures (Yukon, Tanana) règne le climat subarctique, avec des minimums encore plus bas que ceux de la région arctique (minimum absolu de – 60 °C à Tanana), mais avec un moins grand nombre de jours très froids ; les précipitations sont plus abondantes, surtout en été ; un ou deux mois d’été ont une moyenne dépassant 10 °C et occasionnellement des températures de 25 °C, voire 30 °C. Seule la côte du Pacifique est tempérée, sans hiver marqué (– 2 °C en janvier à Sitka), ni été accusé (11 °C en août) ; les précipitations dépassent partout 2 500 mm, 4 000 mm sur la côte même (4 500 mm à Ketchikan) et beaucoup plus encore dans les montagnes littorales.

Sur la façade arctique, le pergélisol (sol gelé permanent) est continu ; en été, une mince couche dégèle, et la région se transforme en une toundra tachetée de marais infranchissables et percée d’une myriade de lacs. Dans l’intérieur, le pergélisol, discontinu ou plus profond en été, permet la croissance de la toundra boisée ou d’une forêt de petits conifères. La côte du Pacifique doit à l’absence de pergélisol, aux températures modérées et aux précipitations abondantes une belle forêt de grands conifères, comparable parfois à celle de la Colombie-Britannique.

D’une manière générale, le climat alaskien est marqué par un hiver glacial et long. L’écrivain Jack London a écrit que l’Alaska était « le pays où le whisky gèle et peut servir de presse-papiers durant une bonne partie de l’année ». Le sol est gelé en profondeur et empêche le développement de l’agriculture : c’est le pergélisol (ou permafrost) qui varie de quelques dizaines à quelques centaines de mètres en Alaska. La couche superficielle, sur laquelle les Hommes marchent, est le mollisol qui dégèle au printemps. En hiver, les chutes de neige et les avalanches peuvent isoler les villages. Au cours du printemps, le sol dégèle en surface et provoque la formation de marécages, souvent infestés de moustiques. L’Alaska se couvre de centaines de lacs. Les rivières gonflent et charrient des troncs d’arbres. L’été ne dure que peu de temps et autour du solstice, le soleil ne se couche pas au-delà du cercle polaire arctique. La saison est marquée par de grands incendies de forêt provoqués par la foudre.

Histoire:

En 1741, Vitus Béring (1681-1741), explorateur danois engagé dans la marine russe comme capitaine,photo de Vitus Bering aborda l’Alaska, dont il paraît avoir été le premier explorateur. En 1728, il navigue vers le nord jusqu’à ce qu’il découvre de la terre : le détroit de Béring auquel il donne son nom. Il prouve ainsi que l’Europe et l’Amérique sont séparés par de l’eau. Il explore lors de ce voyage les côtes de l’Alaska et découvre l’océan Arctique. Par la suite, il entreprendra d’autres expéditions vers le nord.
Aux XVIIIème et XIXème siècles, d’assez nombreux russes vinrent y chercher des fourrures, dans les régions côtières. Le monopole de ce trafic fut concédé en 1799 à la Compagnie russo-américaine.

Le pays fut acheté par les États-Unis à la Russie en 1867 (traité de Washington), pour la somme de 7 200 000 dollars, mais il n’eut d’organisation administrative qu’en 1884, avec la législation de l’État de l’Oregon. Néanmoins, le pays était exploité sans vergogne et la chasse au phoque souffrait d’un manque de réglementation.

En 1896-1897, lors de la ruée de l’or vers Klondike, beaucoup de nouveaux venus passèrent par l’Alaska, certains s’y réfugièrent après leur échec et exploitèrent les mines d’or de Nome.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, la menace japonaise pesa sur l’Alaska (occupation des îles Aléoutiennes) et l’on décida de la construction de la route de l’Alaska.

L’Alaska où se sont déroulées depuis 1946 d’importantes manœuvres menées en étroites coopération par les état-major américain et canadien, constitue le bastion essentiel de la stratégie arctique des États-Unis.

Depuis le début du XXème siècle, les habitants revendiquèrent le home rule et la représentation au Congrès. En 1912, ils obtinrent un gouvernement particulier avec deux chambres. le statut de 49ème État de l’Union a été voté en 1958.

Faune:

Les spécialistes estiment à un millier le nombre d’espèces animales en Alaska dont 115 de mammifères et 400 d’oiseaux. Les animaux emblématiques de l’État sont appelés les « Big Five » : cette catégorie comprend le grizzly , l’ours kodiak, le caribou, l’élan, le loup et le mouflon de Dall.

big five

grizzly
caribou
loup d alaska
élan
mouflon de dall
ours kodiak

De nombreux autres mammifères, adaptés aux conditions naturelles difficiles, vivent aussi en Alaska : renard roux, lemmings, castor, bœuf musqué, lièvre arctique, martre, loutre, morse. Une partie de ces mammifères hiberne ou migre pendant l’hiver. L’ours blanc chasse au nord de la région : un quart des 20 à 25 000 ours polaires du monde vivent en Alaska. Il ne reste plus que 35 000 à 45 000 ours bruns, dont 3 000 se concentrent dans l’archipel Kodiak.

Oiseaux : ptarmigans (sortes de perdrix des neiges), chouette harfang, aigle royal, oie des neiges, cygne de Bewick, grue du Canada, pygargue à tête blanche.
Poissons : Truite arc-en-ciel et brochet nordique. Les saumons servent de nourriture aux grizzlys, en particulier le saumon rouge, le plus riche. Mais il existe bien d’autres variétés comme le saumon sockeye, le saumon rose, le saumon coho, le saumon chien et le saumon royal.

La baleine à bosse passe l’hiver dans les eaux tropicales d’Hawaii et du Mexique et remonte en Alaska l’été (650 individus50).

Le littoral de la mer de Béring, très éventé, est aussi plus humide que les régions centrales. L’immense delta formé par le Yukon et la Kuskokwim (300 km de côté), fertile et marécageux, abrite une faune abondante. Il est encadré par des collines recouvertes de toundra. Ce type de végétation caractérise aussi les îles de la mer de Béring, qui sont entourées par la banquise en hiver. Les îles Pribilof sont connues pour leur population de phoques à fourrure. Le détroit de Béring qui sépare l’Asie de l’Amérique est large de 80 km environ. En son milieu se trouvent les deux petites îles Diomède : l’une appartient aux États-Unis ; l’autre, distante de 5 km seulement, est russe.

Flore:

Malgré la rigueur du climat en hiver, la flore de l’Alaska est très variée. Le nord et le nord-ouest sont couverts par la toundra. La forêt tempérée très humide couvre les espaces naturels du littoral sud longé par le courant de l’Alaska. L’intérieur des terres, marqué par la continentalité, est le domaine de la forêt boréale ou taïga. Enfin, la végétation dépend de l’altitude.

Culture :

Musées :

Haines : Sheldon Museum and Cultural Center
Juneau : Alaska State Museums
Ketchikan : Totem Heritage Center ; Tongass Historical Museum
Sitka : Sheldon Jackson Museum
Kodiak Island : Alutiiq Museum & Archaeological Repository
Fairbanks : University of Alaska Museum of the North
Anchorage : Alaska Native Heritage Center ; Anchorage Museum at Rasmuson Center ; Alaska Aviation Heritage Museum ; Alaska Trooper Museum ; National Archives Pacific Alaska Region
Kenai : Kenai Visitors & Cultural Center
Valdez : Valdez Museum & Historical Archive
Films notables se déroulant en Alaska

1995 : Balto, chien-loup, héros des neiges, et ses deux suites Balto 2 : la Quête du loup (2002) et Balto 3 : sur l’aile du vent (2004)
2002 : Chiens des neiges de Brian Levant avec Cuba Gooding Jr. et James Coburn
2002 : Insomnia de Christopher Nolan avec Al Pacino, Robin Williams et Hilary Swank
2007 : Into the Wild de Sean Penn avec Emile Hirsch
2007 : 30 jours de nuit (film) de David Slade avec Josh Hartnett
2009 : Phénomènes paranormaux (The Fourth Kind) d’Olatunde Osunsanmi avec Milla Jovovich.
2009 : Godspeed de Robert Saitzyk avec Joseph McKelheer et Cory Knauf
2011 : On the Ice
2012 : Jason Bourne : L’Héritage avec Jeremy Renner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *