la finlande dans le cercle polaire

La Finlande dans le cercle polaire arctique :carte de la partie de la finlande dans le cercle polaire arctique

Finlande: Suomi en finnois.  Laponie, en finnois Lapin maakunta

La partie arctique de la Finlande est connue dans le monde entier par sa capitale la ville de Rovaniemi. Le lieu de résidence officiel du père Noel. La laponie finlandaise est la partie au Nord du cercle polaire arctique.

Presque inhabitée 183 318 personnes sur 98 984 km² (1.9 hab/km²) , couverte d’immenses zones sauvages, la Laponie finlandaise constitue l’un des paysages les plus singuliers d’Europe, tant en été, sous le soleil de minuit, qu’en hiver, dans l’obscurité bleue de la nuit permanente.

La Finlande dans le cercle polaire arctique est entourée par:

Au Nord: la Norvège.

Au Sud : par la province finlandaise de’ Ostrobotnie du Nord..

A l’Est par la Russie.

A l’Ouest par la Suède.

Démographie de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

Les habitants de la partie arctique de la Finlande ne représente qu’une part infime de la population de la Finlande.

183 000 sur une population totale de 5 491 000  soit 3%  pour près d’1/3 de la superficie du pays.

Economie de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

L’exploitation de mines laisse la place au tourisme. Les stations de ski représentent la principale économie de la Laponie. Le commerce du père Noel est en pleine expansion nottament avec l’ouverture d’un parc d’attraction à Rovaniémi.

L’industrie est présente sous forme de transformation de bois nottament des usines de pâte à papiers à Kemi . La laponie a la seule mine de Chrome d’Europe: Keminmaa. Le traitement de ce minerai se fait sur place.

La société de céramiques Pentik créée à Posio ets le principal employeur de cette municipalité.articles de la société finlandaise pentikarticles de la société finlandaise pentikarticles de la société finlandaise pentik

Succès qui a permis l’ouverture de 73 boutiques en Finlande, 7 en Norvège, 3 en Suède et 1 au Danemark.

Celle ci s’est diversifié en proposant aussi tissus, mobilier, alimentation, verres…

L’élevage extensif des rennes fait aussi partie de l’économie de la Laponie.

 

Géographie de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

Le territoire de la Laponie Finlandaise comprend 21 municipalités qui se partagent le territoire. Inari est la municipalité la plus vaste de Finlande avec 17 333 km². Ces municipalités peuvent comprendre des villes et des villages.

La Laponie a été séparée de la province d’Oulu en 1936. Elle perd, après la Seconde Guerre mondiale, la région de Petsamo et une partie de la commune de Salla, cédées à l’Union soviétique.

photo de la laponie sous un coucher de soleil

 

 

 

 

 

Villes et villages:

Enontekiö

est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. En raison de sa nature sauvage et de ses possibilités de randonnées presque infinies, été comme hiver, la commune connaît un développement important du tourisme, toujours moins présent cependant que dans les municipalités disposant d’importantes stations de ski (KittiläInariKolari…). La commune est caractérisée par sa très faible population (moins de 1 900 et en diminution), et la présence significative des Saami pratiquant l’élevage extensif des rennes. Des 16 villages, Hetta est le plus important avec environ 500 habitants.

La municipalité occupe une queue de poêle de la Finlande, langue de terre coincée entre la Suède et la Norvège. La commune comporte un poste frontière avec chacun de ces pays, respectivement à Kaaresuvanto et Kilpisjärvi. Elle est en outre bordée par les municipalités d’Inari à l’est, Muonio et Kittilä au sud. Près de Kilpisjärvi, le cairn des trois pays matérialise le point triple Finlande-Suède-Norvège.photo de Enontekiö

Commune très allongée (plus de 160 km de long), elle est la 3e plus étendue de Finlande par la superficie totale (4e pour la superficie hors lacs) – pour une superficie correspondant à celle de la Corse.

C’est également la seule municipalité de Finlande qui puisse être qualifiée de montagneuse car elle abrite 60 % des tunturis du pays et tous les sommets de plus de 1000 mètres (appartenant à la chaîne des Alpes scandinaves). Les deux sommets les plus connus sont le mont Halti et le mont Saana. La commune comprend également la partie nord du Parc national de Pallas-Yllästunturi, autour de l’Ounastunturi, et elle voit naître la rivière Muonio.

Kilpisjärvi est un hameau de la commune d’Enontekio, à 174 kms de celle ci. Très important dans ce bout de Finlande, aux limites de la Suède et de la Norvège, il y a des services : un supermarché, une boutique de vêtements chauds, un restaurant, une auberge, un hôtel.

Un lac nommé Kilpisjärvi autour et sur lequel (canoë l’été, marche ou ski l’hiver) les balades sont nombreuses, et des sentiers de randonnées pouvant vous mener, par exemple, au mont Saana, ou au Halti, point culminant de la Finlande (1300 mètres, ne riez pas dans le fond).

La commune a une poupulation de 1 868 habitants. Superficie: 8 391.39 km² dont 445.84 km² d’eau.

Inari

(en same du Nord Anár, en same d’Inari Aanaar, en same skolt Aanar, en suédois Enare) est une municipalité de l’extrême nord de la Finlande, dans la région et province de la Laponie.

Les frontières de la commune sont deux pays : la Russie et la Norvège ainsi que quatre communes : Sodankylä, Kittilä, Enontekiö et Utsjoki. C’est la commune la plus étendue de Finlande et deuxième d’Europe par la superficie.

La municipalité a une taille comparable à des pays comme Israël, la Slovénie ou le Koweït et occupe environ 5 % de la superficie de la Finlande. Le Parlement saami de Finlande (en) est situé dans la localité d’Inari.Inari est la capitale culturelle et le principal centre urbain de la SAMI.

Elle est située sur les bords du lac qui porte son nom et elle est, par extension, la municipalité la plus grande de la Laponie, la seconde de Finlande  et la sixième en Europe.

Elle abrite plus de trois mille îles, la plus connue est nommée UNKOKIVI, endroit où les anciens sacrifices Samis avaient lieu. Le lac en question peut être explorée par bateau ou hydravion . (en same du Nord Anár, en same d’Inari Aanaar, en same skolt Aanar, en suédois Enare) est une municipalité de l’extrême nord de la Finlande, dans la région et province de la Laponie.

Les frontières de la commune sont deux pays : la Russie et la Norvège ainsi que quatre communes : Sodankylä, Kittilä, Enontekiö et Utsjoki. C’est la commune la plus étendue de Finlande et deuxième d’Europe par la superficie. La municipalité a une taille comparable à des pays comme Israël, la Slovénie ou le Koweït et occupe environ 5 % de la superficie de la Finlande. Le Parlement saami de Finlande (en) est situé dans la localité d’Inari.

Située au Nord de la Laponie, elle compte encore une importante population Saami (Laponne), de 2137 personnes en 20115.

Un nombre significatif de personnes âgées ont une langue lapone comme langue maternelle. En plus du finnois, le same du Nord (700 locuteurs), le same Skolt (environ 300 à 400 locuteurs – langue des Lapons évacués de la bande de Petsamo après la Guerre de Continuation, ceux-ci sont concentrés au village de Sevettijärvi) et le same d’Inari (parlé uniquement par environ 900 personnes dans le monde, presque toutes sur le territoire de la commune) sont les langues semi-officielles. Inari est la seule municipalité de Finlande où il y a quatre langues d’usage officielles.

Plus de 50 % de la population est concentrée à Ivalo (3998 habitants), centre commercial de la commune. Inari kirkonkylä (Inari village) vient en second avec 1128 habitants. Les autres villages de la municipalité sont Törmänen, Keväjärvi, Koppelo, Sevettijärvi-Näätämö, Saariselkä, Nellimö, Angeli, Kaamanen, Kuttura, Lisma, Partakko, Riutula.

La commune a une poupulation de 6 787  habitants. Superficie: 17 333,77 km2 dont 2281.41 km² d’eau.

Kemi

Par la superficie, c’est la plus petite municipalité de la province de Laponie, mais sa situation privilégiée au fond du Golfe de Botnie et à l’embouchure du fleuve Kemijoki a été la raison de son développement.

Les communes voisines sont Simo et Keminmaa. 

En raison de son caractère très industriel, Kemi est politiquement dominée par les partis de gauche, l’Alliance de gauche et le Parti social-démocrate comptant à eux deux 26 sièges sur 43 au conseil municipal (sans compter d’autres petites formations d’extrême-gauche).photo de la ville de Keni

Le 18 août 1949, des incidents très violents éclatent à Kemi qui dégénèrent en un affrontements entre la police et les syndicalistes. Deux ouvriers sont tués et de nombreux autres blessés. Ce Jeudi sanglant (Kemin veritorstai en finnois), suivi de la proclamation dans la ville de la loi martiale, entraînera une vague de grèves dans les usines du pays et menacera un temps la stabilité de la démocratie finlandaise, déjà fragilisée par l’humiliation de la Guerre de continuation et la pression exercée par l’Union soviétique. 

Dès le milieu du xixe siècle, les industries liées au bois s’installent dans la région. Aujourd’hui, Kemi compte encore deux importantes usines de pâte à papier (la Metsä-Botnia et la Stora-Enso), et une usine (de la compagnie Outokumpu) qui traite le minerai de chrome extrait de la mine voisine de Keminmaa, seule mine de chrome d’Europe.

La ville connaît d’importantes difficultés financières, au point qu’en avril 2007, tous les fonctionnaires municipaux ont dû être mis au chômage technique pendant deux semaines. Cette situation serait due à des coûts médicaux spécialisés qui sont trop élevés et à un rendement fiscal de l’industrie toujours plus bas. La ville de Kemi abrite l’université de sciences appliquées de Laponie.

Créée en 1992, elle accueille 2 100 étudiants et compte trois départements : économie et culture, santé et services sociaux, technologies. La plus importante attraction touristique de la ville est la galerie de pierres précieuses qui contient environ 3 000 pierres précieuses, un atelier d’orfèvrerie et une documentation sur l’origine et l’entreposage de ces pierres.

Les pièces les plus connues sont une réplique de la couronne de la reine Élisabeth II du Royaume-Uni très fidèle à l’originale, ainsi que la couronne de Finlande réalisée pour et portée par l’unique roi de Finlande, Frédéric de Hesse6.

Les heures d’ouverture de la galerie varient en fonction de la période de l’année. Dans le port de Kemi se trouve le brise-glace Sampo, construit en 1961. Il mesure 75 mètres de long pour 17,4 mètres de large, pèse 450 tonnes et peut atteindre une vitesse maximale de seize nœuds sur des eaux libres de glace.

Il n’est plus en fonction et a été reconverti en luxueux bateau de croisière pouvant accueillir jusqu’à 150 personnes. Durant l’hiver, on peut faire des croisières de deux à six heures sur la mer Baltique gelée. En été, le bateau reste au port, mais peut être visité et le restaurant est également ouvert. 

Le château de glace de Kemi, construit chaque année avec une architecture différente depuis 1996, est le plus grand château de glace au monde. En 2008, il abrite un restaurant pour 200 personnes et 57 lits.

La commune a une poupulation de 21 770  habitants. Superficie: 91.96  km2 dont 1.25 km² d’eau.

Kemijärvi (ville)

Kemijärvi est une des villes les plus septentrionales de la Finlande, en Laponie. C’est une des rares villes du pays dont le bourg soit au nord du cercle polaire arctique. Les premiers colons sont arrivés en 1580 sur une terre pratiquement vide, inoccupée par les Saamis. Elle a connu ensuite un développement assez lent en raison d’un climat hostile.

La commune est traversée entièrement par le fleuve Kemijoki, suivant un cours nord-sud qui s’infléchit vers l’ouest à l’extrême sud du territoire de la municipalité.

Peu avant le village de Kemijärvi, le fleuve s’élargit pour former le grand lac Kemijärvi. La municipalité compte 20 villages, le bourg central concentrant 60 % de la population. La commune a une poupulation de 7876 habitants et est en constante diminution . Elle comptait 12621 habitants en 1980.

La commune est assez peu vallonnée à l’exception de sa partie nord. C’est tout d’abord un groupe de petits tunturis d’environ 400 m d’altitude autour de l’Outitunturi. C’est ensuite le Pyhätunturi, montagne de quartz vestige des anciens monts Carélides, culminant à 540 mètres à la frontière de la municipalité de Pelkosenniemi au nord. Ce sommet fait partie du Parc national de Pyhä-Luosto.

On trouve à l’est de la commune la petite station de ski de Suomutunturi.

Outre Pelkosenniemi, les municipalités voisines sont Salla à l’est, Posio au sud et Rovaniemi à l’ouest.

La commune a une poupulation de 7 876  habitants. Superficie: 3 391,44 km2 dont 425,84 km² d’eau.

Keminmaa

Keminmaa est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. Keminmaa entoure la ville de Kemi (d’où son nom de municipalité rurale de Kemi qu’elle a changé en 1980). Bordée par le Golfe de Botnie à l’embouchure de la Kemijoki, elle est bordée par les communes de Tornio à l’ouest, Tervola au nord, Simo à l’est et bien sûr Kemi au sud. Keminmaa est traversée par la nationale 29.photo de Keminmaaphoto de Keminmaa

La Kemijoki est barrée juste avant son embouchure par le grand barrage d’Isohaara, l’usine hydroélectrique ayant une puissance de 106 mégawatts. Une échelle à saumons de 230 mètres de long et 12 mètres de dénivelé permet quand même aux poissons de remonter le fleuve. La commune abrite l’unique mine de ferrochrome d’Europe (Elijärvi), propriété du groupe Outokumpu, le minerai étant traité dans la zone industrielle de Kemi.

La commune a une poupulation de 8592 habitants. Superficie: 645,79 km2 dont 20,73 km² d’eau. La première mention du site date de 1519, avec la construction de la vieille église. Une nouvelle église a été construite par Engel en 1827.

Kittilä

photo de Kittilä

Kittilä (Kittâl en Same d’Inari, Gihttel en Same du Nord) est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. Grâce à la station de ski de Levi, c’est une des destinations touristiques les plus populaires de Finlande.

La municipalité est une des plus grandes du pays, la 4e par la superficie totale (et même 3e pour la superficie hors lacs). On y trouve une partie du parc national de Pallas-Yllästunturi. La commune est bordée par les municipalité suivantes: à l’ouest Kolari et Muonio, au nord Enontekiö et Inari, à l’est Sodankylä et au sud Rovaniemi.

La commune a une poupulation de 6463 habitants. Superficie: 8 262,67 km² dont 178,71 km² d’eau.

 

Kolari

photo de Kolari

Kolari est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie.

La commune fait face à la commune suédoise de Pajala, de l’autre côté de la Torne et de son affluent la Muonio, par dessus laquelle un pont permet le franchissement de la frontière. Elle est de plus bordée par les municipalités finlandaises de Muonio au nord, Kittilä et Rovaniemi à l’est et Pello au sud. Le village centre est situé à 170 km de Rovaniemi et 320 km d’Oulu.

Kolari constitue le point le plus au nord du réseau ferroviaire finlandais. La commune est en outre traversée par la nationale 21 (E08) qui suit la vallée de la Torne, puis de la Muonio selon un axe sud-nord. On trouve également à Kolari la station de ski d’Ylläs-Äkäslompolo, une des plus importantes stations du pays, et la partie sud du Parc national de Pallas-Yllästunturi qui s’est fortement agrandi en 2005.

La commune a une population de 2400 habitants. Superficie: 2 038,15 km² dont 133,91 km² d’eau.

Muonio

Muonio (anciennement Muonionniska, Lapon du Nord Muoná) est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. Bordée par la Suède, elle fait face à la commune de Pajala, de l’autre côté de la rivière Muonio.photo de Muonio Côté finlandais de la frontière, elle est bordée par Enontekiö au nord, Kittilä à l’est et Kolari au sud. La commune comprend la partie sud du parc national de Pallas-Yllästunturi, et notamment le massif du Pallastunturi qui a été récemment cédé par la commune de Kittilä, accroissant ainsi la superficie de la commune de 7,5 %.

La commune a une population de 3839 habitants. Superficie: 2 617,76 km² dont 59,15 km² d’eau.

Pelkosenniemi

Pelkosenniemi est une municipalité de Finlande, en Laponie centrale, au nord du Cercle polaire arctique. Bordée par les municipalités de Salla, Savukoski, Kemijärvi et Sodaphoto de Pelkosennieminkylä, elle est traversée par les rivières Kemijoki, Luiro et Kitinen qui se rejoignent près du village de Pelkosenniemi. La commune abrite une petite station de ski sur les pentes du Pyhätunturi, ainsi que l’essentiel du parc national de Pyhä-Luosto. La commune abrite un célèbre championnat du monde d’écrasement de moustique, clin d’œil à la calamité principale de l’été lapon.

La commune a une population de 963 habitants. Superficie: 1 881,73 km² dont 45,40 km² d’eau.

 

Pello

Pello est une muniphoto de pellocipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. Jusqu’en 1949 elle portait le nom de Turtola. Elle est bordée par les communes de Kolari au nord, Rovaniemi à l’est et Ylitornio au sud.

Elle fait face à la Commune d’Övertorneå et à celle de Pajala en Suède, de l’autre côté de la Tornionjoki. Le village centre est d’ailleurs relié à la Suède parun pont.

En 1736, la région, hostile et très peu peuplée, voit passer l’expédition menée par Pierre Louis Moreau de Maupertuis. Le blason de la commune, 3 étoiles d’argent sur fond de collines, est une évocation symbolique des expériences qui ont permis à Maupertuis de démontrer que la terre était légèrement aplatie aux pôles. La commune a donné à la Finlande deux anciens premier ministres, Paavo Lipponen et Kaarlo Castrén, et un skieur de fond médaillé olympique à 7 reprises (en 1960, 1964 et 1968), Eero Mäntyranta.

La commune a une population de 3852 habitants. Superficie: 1 863,69 km² dont 126,12 km² d’eau.

Posio

photo de posioPosio est une municipalité du nord-est de la Finlande, en Laponie.

La municipalité est marquée par l’importance des lacs, 14 % de la superficie totale, de loin la plus importante proportion en Laponie (ce qui rapproche plus Posio du Koillismaa). Le principal est le lac Yli-Kitka.

Le relief est plus accidenté que dans les communes côtières mais seul le Riisitunturi, vestige des monts Carélides, constitue un massif d’importance notable. Il est entouré par le parc national du même nom. La commune comprend également une partie du parc national de Syöte. La commune est très forestière, avec quelques champs permettant l’agriculture. L’élevage des rennes est également pratiqué mais très limité.

La population se répartit sur 22 villages et hameaux, le village centre (Ahola) concentrant 40 % de la population totale.

La commune est bordée par les municipalités suivantes:

À l’est et au sud, l’Ostrobotnie du Nord avec respectivement Kuusamo et Taivalkoski, puis Pudasjärvi au sud-ouest.
Du côté Laponie, Ranua et Rovaniemi à l’ouest, Kemijärvi au nord et Salla au nord-est.

En 1971, la société de céramiques Pentik est fondée dans cette municipalité reculée, et est devenue depuis un véritable succès commercial (73 boutiques en Finlande, 7 en Norvège, 3 en Suède et 1 au Danemark) . Attachée à ses racines, la société reste le principal employeur privé de la ville, et la possibilité de visiter l’usine attire les touristes finlandais.

La commune a une population de 3746 habitants. Superficie: 3 544,95 km² dont 506,14 km² d’eau.

Ranua

photo de ranuaRanua est une municipalité du nord de la Finlande, en Laponie. La commune est connue pour son important zoo spécialisé dans les espèces arctiques.

Ranua marque la bordure sud de la Laponie. Le relief y est peu marqué, dépourvu de tunturis. La commune est principalement recouverte de forêts entrecoupées de marécages, les zones cultivés y sont rares, tout comme les rennes en élevage extensif. Le grand nombre de marais permet de ramasser et de commercialiser en août dans tout le pays une grande quantité de mures jaunes des marais (Lakka en finnois), très recherchées pour la confiture.

Le village centre, situé à 81 km du centre-ville de Rovaniemi, concentre plus de la moitié de la population, le reste de la municipalité étant largement dépeuplé.

On trouve à Ranua un seul grand lac, le Simojärvi et ses 90 km² (qui en font le 50e du pays par la superficie3).

Ranua est bordée par les municipalités suivantes:

Côté Ostrobotnie du Nord, Pudasjärvi au sud et Kuivaniemi au sud-ouest.
Côté Laponie, Simo à l’ouest, Tervola au nord-ouest, Rovaniemi au nord et Posio à l’est.

La commune a une population de 4256 habitants. Superficie: 3 694,82 km² dont 241,09 km² d’eau.

Rovaniemi

Rovaniemi (same du Nord: Roavvenjárga) est une ville du nord de la Finlande, située à 10 km au sud du cercle polaire au confluent de la Kemijoki et de l’Ounasjoki, à un peu plus de 100 km du fond du golfe de Botnie.

Capitale de la province de Laponie finlandaise, sa population est 60 653 habitants, pour une surface de 8 016,72 km2. Au 1er janvier 2006, la ville de Rovaniemi a fusionné avec la commune de Rovaniemi-campagne (Rovaniemen maalaiskunta en finnois),

gagnant de ce fait 22 000 habitants. C’est aujourd’hui la douzième ville de Finlande par la population (cinquième sur l’ensemble des communes) et la première par la superficie.

Le site a probablement été habité en continu depuis l’Âge de la pierre. On y a trouvé des pics à glace, des grattoirs et des pointes de lance datant de 8 000 ans3 La pratique de l’agriculture itinérante aurait commencé entre -750 et -530.

L’habitation plus dense par des paysans a débuté dans les années 1110-1200. Les nouveaux habitants venaient principalement du Häme, mais aussi de Finlande propre, de Carélie, de mer Blanche, de Suède, de Norvège, du Kainuu et d’Allemagne.

C’est la raison pour laquelle le dialecte de Rovaniemi est un mélange de dialectes et de langues. La première mention écrite de l’endroit date du 7 septembre 1453. Jusqu’au xviiie siècle, la zone de Rovaniemi est appelée Korkala4.

Très peu peuplée, elle abrite une chapelle dépendant de la paroisse de Kemi à partir de 1632, puis une paroisse autonome dès 1785.

Le xixe siècle est celui du décollage et voit l’arrivée de nombreux migrants, attirés par les promesses du grand Nord en termes de matières premières, notamment le bois et l’or. En 1929, la municipalité est scindée en deux entre le centre urbain proprement dit (5 000 habitants) et le reste de la commune (14 000).

La croissance de la ville est violemment interrompue par les troupes allemandes lors de la Guerre de Laponie (bataille de Rovaniemi). Plus de 90 % des bâtiments sont incendiés, et la ville est largement réduite en ruines. La reconstruction, commencée en 1946, est très ambitieuse.

Elle s’effectue selon le plan d’urbanisme de l’architecte Alvar Aalto ce qui donne à la ville une unité architecturale assez unique en Finlande (avec le centre administratif de Seinäjoki).

Le déclin des profits liés aux matières premières laisse à Rovaniemi deux ressources principales. La première réside dans les investissements publics : l’État finlandais soutient largement la capitale administrative de sa région la moins densément peuplée. Près de 45 % des emplois sont générés par une fonction publique omniprésente, la ville jouant le rôle de seul véritable centre administratif du nord de la Finlande.

L’université de Laponie accueille environ 4 000 étudiants, et l’ensemble des différents établissements d’enseignement supérieur amène le nombre d’étudiants résidant en ville à approcher les 10 000.

Le second moteur, le tourisme, connaît un développement prometteur. Rovaniemi est célèbre notamment pour son musée arctique (Arktikum), mais aussi et surtout pour être la ville du Père Noël. Celui-ci est souvent visible au Village du Père Noël au niveau du cercle polaire, bien qu’il préfère résider dans ce secteur isolé de Korvatunturi. Le business de Noël a vu l’ouverture en 1998 d’un parc d’attractions du nom de Santa Park, qui a connu de larges difficultés financières.

Les environs très sauvages permettent des possibilités pratiquement illimitées en termes de découverte de la nature et d’activités sportives. Rovaniemi est le vrai pôle touristique du nord de la Finlande, les charters venus notamment du Royaume-Uni ou du Japon se succédant sur son aéroport pendant les mois d’hiver.

La commune est très étendue et occupe une position centrale en Laponie. Elle compte pas moins de neuf municipalités limitrophes, à savoir Kittilä et Sodankylä au nord, Kemijärvi à l’est, Posio au sud-est, Ranua et Tervola au sud, Ylitornio et Pello à l’ouest et enfin Kolari au nord-ouest.

L’essentiel de la population réside à proximité immédiate de la ville proprement dite, même si les berges des deux grands axes fluviaux, l’Ounasjoki et la Kemijoki, abritent également quelques petits villages.

Le relief, s’il est plus présent que dans le sud du pays, n’a rien de comparable avec le Nord de la Laponie. Le paysage est largement constitué de forêts boréales couvrant des collines dont l’altitude ne dépasse qu’exceptionnellement les 200 mètres par rapport aux plaines avoisinantes.

La commune a une population de 61 570 habitants. Superficie: 8 016,72 km² dont 434,75 km² d’eau.

Salla

photo de sallaSalla est une commune de Finlande située en Laponie, à la frontière russe.

En 2012, elle compte 4 570 habitants3 sur une surface de 5 873 km2. La densité de population est très faible, elle est de 0,8 hab/km2 et elle continue à diminuer (11 000 habitants en 1966). Le tourisme se développe lentement, notamment grâce à une petite station de ski. Le trafic du poste frontière avec la Russie est limité, d’autant plus que le passage est réservé aux nationaux finlandais et russes et que la région desservie est très peu peuplée.

Salla est réputée pour être un des lieux les plus froids de Finlande, les -40 °C en hiver étant assez fréquemment atteints.

Les municipalités limitrophes sont Savukoski, Kuusamo, Pelkosenniemi, Posio et Kemijärvi. Une partie du Parc national d’Oulanka ainsi que l’île Saaranpaskantamasaari se situent sur le territoire de la commune.

En 1939, lors de la guerre d’Hiver, les troupes soviétiques attaquent la Finlande envahissant notamment la région de Salla. Staline avait en effet pour projet de couper la Finlande en deux en son point le plus étroit pour rejoindre le golfe de Botnie. Les Soviétiques furent stoppées par l’Armée finlandaise à la bataille de Salla. À l’issue de la guerre, une partie de la commune fut cédée à l’Union soviétique. Ce territoire est alors appelé l’Ancien Salla (Vanha-Salla en finnois).

En juillet 1941, au début de la guerre de Continuation, lors de l’opération Polarfuchs, composante de l’opération Silberfuchs, les troupes germano-finlandaises reconquièrent ce territoire lors de la seconde bataille de Salla. Mais à la suite de la défaite finlandaise en 1944 l’ancien Salla est définitivement cédé à l’URSS et les Finlandais doivent en plus chasser les Allemands du secteur : c’est la guerre de Laponie.

Salla accueille aussi une petite station de sports d’hiver. Le dénivelé maximal est de 195 mètres. La plus longue piste mesure 1 300 mètres. Un télésiège 6-places était prévu d’y être construit en 2015. Il est possible d’y pratiquer le ski nocturne. Un projet d’élargissement du domaine existe (« Sallatunturit project »).

La commune a une population de 4018 habitants. Superficie: 5 872,21 km² dont 142,73 km² d’eau.

Savukoski

Savukoski est une commune de l’Est de la Laponie, à la frontière de la Russie.

C’est la cophoto de Savukoskimmune de Finlande pour laquelle la densité de population est la plus faible. Elle compte tout juste 1 300 habitants sur 6 500 km², et dix fois plus de rennes en élevage extensif.

La commune, qui a une forme de rectangle de 70 km sur 100 km, est très majoritairement composée de zones sauvages. Elle est assez vallonnée, comptant de nombreuses collines (Tunturis) d’altitude supérieure à 400 mètres, vestiges des anciens monts Carélides. On y trouve la source de la puissante rivière Kemijoki. La municipalité se situe encore largement à l’écart des principales zones touristiques de Laponie même si le tourisme y connait un constant développement.

Les municipalités voisines sont Salla, Pelkosenniemi et Sodankylä. Savukoski compte un habitant de marque, le Père Noël, qui lorsqu’il n’est pas présent à son bureau de Rovaniemi, réside sur le site sauvage et retiré du Korvatunturi à la frontière russe.

La commune a une population de 1145 habitants. Superficie: 6 496,04 km² dont 57,93 km² d’eau.

Simo

photo de simoSimo est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie.

Le village centre se situe à 25 km de Kemi sur la route d’Oulu (nationale 4, E75). Située dans le sud de la Laponie, bordée par le Golfe de Botnie, la commune est restée largement rurale malgré le développement de quelques petites industries. Le relief est peu marqué, les forêts et zones marécageuses constituent l’essentiel du territoire. La Simojoki est la seule rivière d’importance à rejoindre la mer entre la Kemijoki et l’Iijoki.

Simo est bordée par les municipalités de Kemi et Keminmaa à l’ouest, Tervola au nord, Ranua à l’ouest et Kuivaniemi au sud (et en Ostrobotnie du Nord).

Le taux de chômage est dans la moyenne de la province, autour de 17 %, et la population diminue d’environ 30 habitants par an.

Le 6 mai 2010, le gouvernement finlandais a donné son accord pour la construction d’une centrale nucléaire sur son territoire ou sur la commune de Pyhäjoki.

Le 5 octobre 2011, Fennovoima a choisi le site de Pyhäjoki pour construire sa centrale nucléaire. La commune de Simo n’en aura donc pas sur son territoire.

La commune a une population de 3287 habitants. Superficie: 2 085,54 km² dont 639,89 km² d’eau.

Sodankylä

photo de SodankyläSodankylä, commune de Laponie, est la seconde municipalité de Finlande par la superficie. Elle est à ce titre plus étendue que des pays comme le Liban ou la Jamaïque.

Elle est connue notamment pour abriter le festival du film du soleil de minuit, festival créé par les frères Mika et Aki Kaurismäki en 1986 et dont le succès ne se dément pas depuis. Sodankylä est le siège de la Jääkäriprikaati, ou brigade Jaeger, unité d’élite de l’armée de terre finlandaise.

La municipalité est bordée au nord par la commune d’Inari, à l’est par Savukoski et Pelkosenniemi, à l’ouest par Kittilä et au sud par Rovaniemi. Elle possède même une petite frontière avec la Russie au nord-est.

photo de SodankyläLa commune présente la forme d’un quadrilatère d’un longueur d’environ 160 km pour 60 km (au sud) à 100 km (au nord) de large. Le village centre se situe à 128 km du centre de Rovaniemi, dans la partie sud de la municipalité, sur les bords de la Kitinen.

Le territoire de la municipalité est traversé par les rivières Kitinen et Luiro, coupées dans leur descente vers la Kemijoki par les deux plus importants lacs de barrage de Finlande, respectivement Portipahta et Lokka. La nationale 4 (E75) remonte plein nord le long de la Kitinen en direction d’Ivalo et de l’Océan Arctique.

L’essentiel de la commune est peu vallonné à l’échelle de la Laponie, avec seulement de petits reliefs d’altitude rarement supérieure à 400 mètres, à l’exception du mont Luosto, tunturi isolé en bordure sud, protégé dans le parc national de Pyhä-Luosto.

La partie nord-est de la municipalité est par contre très différente, elle est d’ailleurs protégée dans le cadre du parc national Urho Kaleva Kekkonen et des zones protégées avoisinantes. C’est d’abord le massif des Natanen, un groupe de tunturis juste au nord du lac de Lokka. Enfin, c’est la chaîne de Saariselkä, un vieux massif de granulite ayant résisté aux glaciers, culminant au Sokosti à 718 mètres d’altitude.

La commune a une population de 8849 habitants. Superficie: 12 415,46 km² dont 718,65 km² d’eau.

Tervola

photo de TervolaTervola est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie.

Le village de Tervola est située entre les villes de Rovaniemi (à 70 km) et Kemi (à 45 km), traversé par le fleuve Kemijoki. Située dans le sud de la Laponie, assez peu vallonnée, la commune est bordée par les municipalités de Simo et Keminmaa au sud, Tornio à l’ouest, Rovaniemi au nord et Ranua à l’est.

La commune a une population de 3367 habitants. Superficie: 1 594,38 km² dont 32,66 km² d’eau.

Tornio

photo de Tornio Tornio (suédois : Torneå, Same du Nord: Duortnus) est une ville du nord-ouest de la Finlande, située au fond du Golfe de Botnie, à l’embouchure de la Tornionjoki, en Laponie. Elle borde la frontière suédoise, face à la ville d’Haparanda.

Les deux villes fonctionnent comme des cités jumelles, les commerçants acceptent indifféremment les Euros et les Couronnes suédoises et les habitants n’hésitent pas à passer la frontière plusieurs fois par jour. Les deux municipalités, qui partagent déjà de nombreux services municipaux, ont même le projet de fusionner (nombreux projets transfrontaliers, notamment en ce moment la construction d’un magasin IKEA). Outre Haparanda (Hapaaranta en finnois), la commune est bordée par les municipalités de Keminmaa et Tervola à l’est, Ylitornio au nord.

La commune est officiellement unilingue finnois, mais la plupart des habitants comprennent aussi le dialecte régional meänkieli et le suédois.

photo de tornioLa région est colonisée dès la fin de la dernière Glaciation. Elle est habitée par des tribus Saami, notamment les Saami de Kemi, peuplade disparue au xixe siècle.

Dès le xvie siècle, la colonie à l’embouchure de la rivière Torne voit passer la quasi-totalité du commerce entre la Laponie et le royaume de Suède. La colonie reçoit ses droits de cité du roi Gustave II Adolphe de Suède en 1621. La ville est très riche, peut être la plus riche du royaume, mais elle stagne pourtant à 500 habitants pendant tout le xviie siècle avant de connaître ensuite un lent développement.

Le xviiie siècle marque son âge d’or, avec la visite de nombreuses expéditions scientifiques en route pour les régions polaires, la plus notable étant celle de Pierre Louis Moreau de Maupertuis en 1736-1737, et aussi le début de son déclin, avec la modification des flux commerciaux. La ville est déplacée à deux reprises vers l’aval de la rivière en raison de l’isostasie.

La conquête de la Finlande par la Russie en 1808-1809 lui porte un coup très dur. La ville se retrouve côté russe, les Suédois construisant Haparanda, une ville jumelle de l’autre côté du fleuve. Elle perd presque toute son importance commerciale, devenant une ville de garnison endormie, ne s’éveillant que pendant la Guerre de Crimée et la Première Guerre mondiale.

Paradoxalement, après l’indépendance finlandaise de 1917, malgré la perte de la garnison russe, la population se remet à croître. La ville connaît de violents combats pendant la Guerre de Laponie mais échappe néanmoins à la destruction totale. Après la guerre, son économie bénéficie de deux pôles de croissance : la brasserie Lapin Kulta, marque phare du groupe Hartwall (fi), et surtout l’aciérie Outokumpu (acier inoxydable) qui emploie plus de 2 000 personnes.

La ville a absorbé les municipalités rurales voisines d’Alatornio et Karunki en 1973.

La commune a une population de 22 319 habitants. Superficie: 1 348,55 km² dont 161,59 km² d’eau.

Utsjoki

photo de UtsjokiUtsjoki (en same du Nord Ohcejohka, en same d’Inari Uccjuuhâ, en same skolt Uccjokk) est la municipalité la plus septentrionale de Finlande, la seule en totalité au nord du 69e parallèle. C’est de plus la seule commune où les langues sames sont majoritaires.

La commune est bordée au sud par la commune d’Inari, et au nord par la rivière Tenojoki qui sert de frontière avec le Finnmark norvégien (3 postes frontières se situent sur la commune).

L’essentiel de la commune est constitué de zones sauvages en bordure du plateau du Finnmark dans lesquelles la seule activité possible est l’élevage extensif des rennes. La maigre population se concentre essentiellement dans les 8 hameaux, les principaux étant Utsjoki-église (1267 km d’Helsinki, 453 km de Rovaniemi), Nuorgam (point le plus au nord de l’Union européenne) et Karigasniemi.

Pas de parc national mais une zone protégée, le Parc naturel et le canyon de Kevo, une des régions les plus sauvages de Laponie dont l’attrait participe au développement du tourisme dans la commune. Celui-ci reste néanmoins encore marginal par rapport aux régions de Rovaniemi ou Kittilä.

photo de UtsjokiLa vallée d’Utsjoki, entourant un petit affluent du Tenojoki, est classée paysage national de Finlande comme 26 autres sites remarquables.

Utsjoki est accessible par la route valtatie 4.

La commune a une population de 1 264 habitants. Superficie: 5 371,78 km² dont 227,51 km² d’eau.

Ylitornio

photo de YlitornioYlitornio est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie.

Jusqu’en 1809, elle formait une seule municipalité avec la commune suédoise d’Övertorneå. Elle a été rattachée au grand-duché de Finlande car le traité de Fredrikshamn a imposé arbitrairement la rivière Torne comme frontière entre la Suède et la Russie.

Aujourd’hui, les deux villes sont reliées par un pont et collaborent activement, ce qui est d’autant plus facile que la plupart des habitants des deux rives parlent à la fois le finnois, le suédois et le dialecte meänkieli.

La commune est bordée par les municipalités finlandaises de Pello au nord, Rovaniemi à l’est et Tornio au sud. Le relief commence à être plus prononcé que dans le sud et le long de la côte.

La colline d’Aavasaksa, dominant la rivière de ses 242 mètres, est depuis l’expédition Maupertuis en 1736-1737 un site bien connu des voyageurs se rendant plus au nord. Elle est classée paysage national par le ministère de l’environnement en compagnie de 26 autres sites remarquables.

Le sommet de la colline, quelques dizaines de kilomètres au sud du cercle polaire arctique, est le point le plus méridional de Finlande permettant d’observer en juin le soleil de minuit.

La commune a une population de 4 323 habitants. Superficie: 2 212,69 km² dont 183,83 km² d’eau.

 

Géologie de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

La péninsule scandinave consiste presque entièrement en une masse de gneiss et de micachiste, mêlée çà et là à quelques parties porphyriques ou syénitiques.

De là vient que le sol manque souvent de la terre végétale qui produit les riches moissons; en effet, formé d’un gravier provenant de la décomposition du terrain primitif, le sol n’est recouvert que par places d’une mince couche de terre végétale, et demande, pour être cultivé, des efforts qui, sans compter la dureté du climat, surpassent beaucoup ce que les habitants des autres pays de l’Europe ont à faire. En revanche, ce sol contient d’abondantes richesses minérales.

La Laponie est par endroits montagneuse, mais généralement formée de vastes étendues assez planes. Le point culminant est le mont Halti (1 328 m), qui se trouve dans la pointe nord-ouest de la Laponie, près de la frontière norvégienne. La Laponie septentrionale est essentiellement dénudée ; seuls quelques bouleaux faméliques trouvent à se développer. Les collines sont couvertes de toundra.

 

Hydrographie de la Finlande dans le cercle polaire arctique:carte des lacs de laponie finlandaise

Comme la Finlande en général (187 888 lacs), la Laponie finlandaise est constellée de lacs.

Inari : 1 040.28 km² Longueur: 80 km Largeur 50 km Altitude: 117-119 m Profondeur moyenne: 92m max: 15m volume: 15.9 km3

Lokka: 261-418 km² Longueur: 80 km Largeur 27 km Altitude: 240-245 m Profondeur moyenne: 2.3 – 5.0m max:10m volume: 0.5 – 5.0 km3 .Lac de barrage situé sur la Luiro dans la municipalité de Sodankylä. C’est le plus grand lac de barrage de l’Union européenne.

Jerisjärvi :23.51 km²  Longueur: 12,40 km Largeur 5.7 km Altitude: 258 m Profondeur moyenne:3.44 m max: 11.7m volume: 0.0808km3

Kelontekemäjärvi : 16,432 km²  Longueur: 35 km Largeur: 3,41 km Altitude: 198 m Profondeur moyenne: 2,7m max: 5,1m volume: ?

Unari : 28.8 km²  Longueur:  9,4 km Largeur:  5,4 km Altitude: 179.8 m Profondeur moyenne:? m max:? m volume: ?

Kemijärvi:  230,9 km² Longueur: 49 km Largeur: 22 km Altitude:149 m Profondeur moyenne:5 m max:24 m volume: 1.15 km3

Miekojärvi: 53.34 km² Longueur:  km Largeur:  km Altitude:76,9 m Profondeur moyenne: 6.54 m max:22.84 m volume: 0.349km3

Porttipahta : 34-214  km²  Longueur: 36 km Largeur 4 km Altitude: 242.3 m Profondeur moyenne: 4,4 – 6,3m max: 34,5m volume : 0,15 – 1,353 km3

lacs finlande

Climat de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

La Laponie finlandaise bénéficie encore un peu de l’influence du Gulf Stream, ce qui rend le climat plus chaud que ce qu’il devrait être, surtout en hiver.

L’expression « plus chaud » ne veut pas dire « chaud » ! En hiver, la moyenne des températures se situe entre -10 et -20°C, mais cela peut descendre jusqu’à -30°C, voire plus rarement -40°C. L’hiver dure de 7 à 8 mois et s’étend d’octobre à avril. Les précipitations apportent alors beaucoup de neige, ce qui rend la région propice au ski, praticable de fin octobre à mi-avril.

Vers la fin décembre, la région est plongée dans la Nuit Polaire : les journées deviennent très courtes et le soleil n’est jamais visible, une période idéale pour l’observation des aurores polaires. A partir de février, les journées deviennent de plus en plus longues et le soleil est de plus en plus visible. Janvier et février sont les mois les plus froids.

Mars et avril sont les mois les plus secs et les lunettes de soleil sont indispensables ! A partir du 20 mars (équinoxe), les journées deviennent plus longues qu’en France. En mai, c’est le printemps.

De début juin à début juillet (maximum le 21 juin), la région se trouve plongée dans une période de Soleil de Minuit, durant laquelle le soleil reste visible tout la journée ! Durant cette période, inutile d’essayer d’observer des aurores boréales, ni de faire du ski, car il n’y a plus de neige.

En été, la température moyenne atteint 11°C, mais il n’est pas rare d’avoir des journées à +25°C, avec un record constaté fin mai 2013 à 29°C. On pratique alors la pêche et le kayak. Au fil des semaines, les journées se raccourcissent à nouveau et à partir du 21 septembre (équinoxe), elles deviennent plus courtes qu’en France : l’hiver approche à grand pas !

La meilleure période pour voyager en Laponie finlandaise en hiver est de mi-janvier à mi-avril, afin de garantir un maximum de neige et des durées « de jour » acceptables. Pour découvrir la Laponie en été, les mois de juin à septembre sont parfaits.

En Finlande du nord, particulièrement en Laponie, le climat subarctique domine, caractérisé par des hivers parfois très froids (pouvant descendre jusqu’à -40 °C.

L’hiver est très long et très froid ; la température moyenne de cette saison est de -18 °C ; l’été est très court, mais assez chaud, et le thermomètre s’y élève à 26° C et 27 °C. Cette partie de la péninsule est convent dévastée par des ouragans terribles, qui durent plusieurs jours et dont la violence est bien plus redoutée que les rigueurs de l’hiver.

La température en Laponie peut varier de -40°C en hiver à l’intérieur des terres, à +27°C l’été. Le climat est océanique polaire sur les côtes et continental dans les terres. Les températures sont « réchauffées » par les masses d’air chaud venant de l’Atlantique, et par le Gulf Stream.

Les changements de saisons seront beaucoup plus rapide si l’on se trouve dans le nord de la Laponie plutôt que dans le sud, il y a un vrai décalage selon la localisation géographique. L’automne est très bref, il commence début septembre voir fin août dans le nord de la Laponie, ce qui signifie que les températures descendent rapidement en-dessous de 10°C.

L’hiver arrive vers la mi-octobre et dure près de 200 jours avec une épaisse couche de neige et de glace. Lorsque que l’on fait un trou dans la glace, il n’est pas surprenant de voir l’eau geler instantanément en surface. Les températures sont extrêmes et le ressenti diffère selon l’humidité de l’air.

Vous aurez une sensation de froid plus importante au bord de l’eau plutôt que dans les terres, et ce alors même que les degrés seront plus élevés en bord de mer… Le printemps, saison très courte également, ne débute que fin avril et amorce la fonte des neiges et des glaces, mais des traces de neige peuvent persister jusqu’au mois de juin. L’été voit les températures atteindre les 20°C, parfois presque 30°C.

La nature renaît alors, c’est une véritable éclosion de végétation. Pami les phénomènes emblématiques de la Laponie, on retrouve les aurores boréales, la nuit polaire et le soleil de minuit (ou jour polaire). En effet, le cercle polaire arctique traverse la Laponie à la latitude de 66°33′ N et du fait de l’inclinaison de l’axe de la Terre sur son orbite on peut observer ces phénomènes. Leur durée est variable selon la latitude où l’on se trouve. Relevé des températures et des précipitations de la ville de rovaniemiLe temps peut changer radicalement d’un jour sur l’autre, prévoyez toujours de quoi vous couvrir même en été.

Les courbes de température et de précipitations pour la ville de Rovaniemi:

 

 

Faune:

Le renne est l’animal le plus emblématique de la Laponie.Le renne peut affronter le froid grâce à sa fourrure épaisse et à ses poils creux remplis d’air.
Ses larges sabots le portent sur la neige. Grâce à eux, il creuse la neige pour y trouver sa nourriture : le lichen.
L’été, les rennes quittent les forêts de conifères pour aller vers les régions marécageuses, la haute montagne, les îles et les pointes de la côte. Ils y broutent des graminées (herbes).

L’Ours brun, le Lynx et le Glouton ou carcajou sont présent pour les prédateurs. On retrouve les animaux classiques de ces lattitudes: le renard arctique, le lièvre arctique et les lemmings.

Foules oiseaux volent sur ces territoires: le grèbe huppé, le tétras lyre le galopède alpin, le mésangeai imitateur, la chouette lapone, le pygargue à queue blanche.

faune laponie

Flore:

Les forêts de conifères et de bouleaux représentent 65 % du territoire finlandais, ce qui fait de la Finlande l’une des plus importantes réserves forestières d’Europe. Les forêts sont essentiellement peuplées de conifères, dont une majorité d’épicéas (et non sapins !) et de pins sylvestres jusqu’à une certaine latitude. On trouve aussi des feuillus (érables, ormes…).
Le nord de la Laponie est d’abord le domaine de la toundra, couverture végétale basse, clairsemée et rabougrie, en raison de la courte période sans neige où la végétation peut croître. Outre les mousses (près de 1000 variétés différentes dans toute la Finlande), lichens et autres fougères, cette végétation désertique comporte aussi quelques arbres nains, tels le saule arctique et le genévrier. Mais des feuillustels que l’aulne et le tremble poussent aussi jusqu’à l’extrême nord du pays.

Très avancée sur la question de la protection de la nature, la Finlande possède 32 parcs nationaux, 19 réserves et 173 zones de protection des linaigrettes, herbes à tête cotonneuse des régions glaciaires. La longueur et la dureté de l’hiver fragilisent la reproduction des plantes. Certaines d’entre elles ont été classées en voie de disparition, telles la potentille à fleur jaune, l’orchidée sauvage dite sanguine pour sa couleur rosée et la fougère collante. La Finlande est également le pays des « lakka », une variété de framboises jaune orangé.

Une approche floristique et description des milieux, paysages et faune en Laponie Finlandaise d’un voyageur en PDF.

Culture de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

Le tambourtambour lapon
Chaque famille possédait un tambour. Sur la peau du tambour, des dessins représentaient des activités du monde des hommes (chasse, pêche…) et du monde des dieux. Le Noajdee utilisait le tambour pour entrer en contact avec les dieux. Aujourd’hui, il reste environ 70 tambours conservés dans des musées.

Musée: L’Arktikum au centre de Rovaniemi.(il accueille aussi un centre scientifique arctique). Il présente des expositions sur l’histoire et le culture du Lapland ainsi que la culture arctique, les traditions des peuples nordiques ainsi que sur l’histoire de la Laponie. http://www.arktikum.fi

La littérature finlandaise connait de beaux jours avec la percée internationale d’auteurs tels Arto Paasilinna, Purge de Sofi Oksanen, Elina Hirvonen, Katri Lipson Kosmonautti, Miika Nousiainen, Pirkko Saisio, Kari Hotakainen, Riikka Pulkkinen, Mikko Rimminen,  Markus Nummi…

Ils écrivent en finnois, suédois et sami. Entre 13 000 et 14 000 livres paraissent en Finlande tous les ans.

 

Le Parlement Saami Finalndais:

Le Parlement sami de Finlande ( Saamelaiskäräjät en finnois , Sámediggi en sami du Nord , Sämitigge à Inari , Sää’mte’gg dans Skolt )photo du parlement sami en finlande est l’organe représentatif pour les Sami et leur patrimoine en Finlande.

Il se compose de 21 mandats élus. La loi instituant la Parlement lapon de Finlande ( finnois : Saamelaiskäräjät ) a été adoptée le 9 Novembre 1973, le nom d’origine était « same parlameanta » en sami du Nord. Martti Ahtisaari a adopté une loi appelée Laki saamelaiskäräjistä ( La loi sur le Parlement sâme ) le 17 Juillet 1995.

Cette loi a été modifiée et un décret adopté le 22 Décembre 1995 et le 2 Mars 1996, le sâme parlameanta est devenu officiellement Sámediggi .

Le Parlement finlandais sâme est situé à Sajos au centre culturel sâme dans Inari. Certaines des responsabilités du Parlement finlandais sâme comprennent les questions relatives aux langues et à la culture du sâme et aussi leur statut de peuple autochtone.

Le Parlement finlandais sâme décide de la répartition des fonds qu’il reçoit qui sont affectés à l’usage des sâmes. Il peut également parrainer des projets de loi et de libérer des déclarations sur des questions qui relèvent de sa compétence. Il est une branche distincte du ministère de la Justice et est un organe juridique indépendant soumis au droit public avec son propre conseil d’administration, ses comptables et ses commissaires aux comptes.

Les compétences sont l’éducation, les moyens de subsistance des Sami et leurs droits, la culture, les questions sociales et de la santé, l’élection et la langue Sami Le Parlement finlandais sâme dispose de 21 représentants et de 4 représentants adjoints, qui sont élus tous les 4 ans à partir de la zone du domicile Sami .

Chacune des municipalités de la région sâme ( Enontekiö , Utsjoki , Inari et Sodankylä ) a donc au moins 3 représentants et 1 représentant adjoint chacun. Conformément à la loi du Parlement sâme (974/1995, chap.3) une personne est admissible à voter s’ils se considèrent comme Sami, et: Ils, ou un de leurs parents ou grands-parents utilisés sâme comme langue maternelle, ou ils sont les descendants d’une personne dans la montagne, la forêt, ou sur le registre pêcheur Lapp sami (tunturi, Metsä tai kalastajalappalaiseksi), ou au moins un de leurs parents sont, était, ou aurait pu être, admissible pour le vote au Parlement sâme en 1995 ou le Conseil sami de 1973.

 

Histoire de la Finlande dans le cercle polaire arctique:

La Laponie finlandaise est peuplée depuis la préhistoire par les Sami, peuple finno-ougrien . Jusqu’à la christianisation de la Scandinavie, les raids vikings poussent les Finnois à se réfugier à l’intérieur des terres, vivant des ressources des lacs et des forêts.

La Suède colonise la Finlande à,partir du XIII ème siècle. La guerre russo-suédoise de 1495-1497 permet à la Russie d’occuper le territoire finlandais presque complètement. Dans les siècles suivant, la Finlande est le lieu d’affrontement des suédois et des russes. C’est en 1809 que la Fonlande devient un grand duché autonome d el’empire russe. C’est en 1917 que la Finlande devient indépendante.

Dans les années 1860, la découverte de quartz aurifères dans la vallée du Kemijoki déclencha une véritable ruée vers l’or en Laponie. Les rivières de Laponie sont toujours en exploitation, soit par orpaillage, soit par lixiviation industrielle : un filon important se trouve à Pahtavaara près de Sodankylä. Les autres placers se répartissent un peu partout à l’intérieur du pays : dernièrement, en 1996, on a découvert près de Kittilä un filon estimé à 50 tonnes d’or. 70% du territoire finlandais est recouvert de forêts et seulement 10% est cultivé !

La guerre de Laponie est un conflit qui s’est déroulé entre septembre 1944 et avril 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, entre la Finlande et l’Allemagne pour le contrôle des mines de nickel de la région de Petsamo.

Après la guerre d’Hiver, la Finlande avait conclu, le 1er octobre 1940, un accord de coopération économique et militaire avec l’Allemagne, qui permettait aux troupes du Reich de stationner sur le territoire finlandais.

Constatant le retournement de la situation militaire, pendant l’été 1943 le haut-commandement allemand se prépare à une paix séparée entre la Finlande et l’URSS. Il déplace ses troupes au nord afin de protéger les mines de nickel près de Petsamo.

Pendant l’hiver de 1943-1944, les Allemands ont amélioré les routes entre le nord de la Norvège et la Finlande et ont accumulé des stocks de matériel. Aussi quand en septembre 1944 la Finlande signe un armistice avec l’Union soviétique, ils sont prêts à défendre leurs positions.

Malgré des tentatives bilatérales pour parvenir à un retrait pacifique de la Wehrmacht, des combats ont lieu entre les forces allemandes et finlandaises avant même la signature du traité de paix soviéto-finlandais. Les combats s’intensifient après l’exigence soviétique de voir toutes les troupes allemandes expulsées de Finlande. La tâche des forces finlandaises est compliquée par l’exigence soviétique que la plus grande partie de l’armée finlandaise soit démobilisée et ce, avant même la fin de campagne contre les Allemands.

Dès novembre 1944, la majeure partie de la Laponie est libérée. Cependant les forces allemandes du général Lothar Rendulic, ont appliqué la politique de la terre brûlée lors de leur retraite. Plus d’un tiers des habitations de la région ont été détruites, et la capitale de la province finlandaise, Rovaniemi, a été totalement détruite. Environ 100 000 personnes sont devenues des réfugiés.

Après la guerre, le général Rendulic est condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour crimes de guerre, peine qu’il effectuera du 19 février 1948 au 1er février 1951. Les dernières troupes allemandes sont expulsées en avril 1945. Bien que les officiers fissent un gros effort pour limiter les pertes de chaque côté, un millier de Finlandais et autant d’Allemands périrent durant cette guerre. La région de Petsamo fut annexée par l’Union soviétique, lors du traité de Paris de 1947.

Origine du drapeau:

Il a été imaginé par le poète Zachris Topelius dans les années 1860. Les couleurs choisies évoquent simplement la neige et les lacs. La croix scandinave représente l’héritage chrétien du pays, ainsi que son appartenance au groupe scandinave. Des variantes du drapeau finlandais avec le blason de la Finlande au centre de la Croix, existent, représentants soit le chef de l’Etat, soit l’Etat et le Gouvernement.

Officialisation du drapeau finlandais: Le drapeau finlandais avec sa croix scandinave bleue sur fond blanc, est officiel depuis 1918. La fête du drapeau est le 24 juin, si c’est un samedi, sinon c’est le samedi le plus proche du 24 juin. Le nom du drapeau est « siniristi », la croix bleue.

Origine des armoiries:

De gueules au lion d’or rampant brandissant une épée d’argent à poignée d’or dans sa patte droite de devant revêtue d’une armure d’or et d’argent, et piétinant de ses pattes de derrière un cimeterre d’argent à poignée d’or. Le lion porte une couronne ducale d’or et est entouré de neuf roses d’argent, symboles des neuf anciennes provinces finlandaises (description officielle). Les armes de la Finlande datent du XVIe siècle.

Hymne national finlandais:

Maamme Laulu (Notre pays) a été d’abord écrit en suédois parJohan Ludvig Runeberg et titré Vårt Land, puis traduit en finnois. Il a été joué pour la première fois en 1848.

A l’écoute sur Youtube.

Liens externes:

Pourquoi y aller ?
La Laponie est terriblement envoûtante et il s’en dégage un charme irrésistible qui vient hanter l’imagination et la mémoire. Entre la nuit polaire et les immensités enneigées de l’hiver, le soleil de minuit et la nature triomphante en été, la magie de cette région a quelque chose d’insaisissable.

Les Sames, les aurores boréales et les rennes en liberté contribuent à son atmosphère, de même que le bon vieux père Noël lui-même, qui, « officiellement », réside ici.

L’envoûtement doit également aux latitudes impressionnantes : à Nuorgam, le point le plus septentrional de Finlande, vous êtes plus au nord que l’Islande et que la quasi-totalité du Canada et de l’Alaska. La Laponie, qui occupe 30% de la superficie de la Finlande mais abrite seulement 3% de sa population, se compose de vastes espaces naturels impressionnants qui se prêtent à l’exploration à pied, à skis ou en luge.

Plus que les villes, c’est un sentiment d’espace, l’air pur et l’immense ciel qui sont ici mémorables. L’extrême nord de la Laponie, connu sous le nom de Sápmi, est le territoire des Sames. La plupart habitent autour d’Inari, d’Utsjoki et de Hetta. Rovaniemi est la principale porte d’entrée du Nord.

Quand partir ?
Avril : Le meilleur mois pour faire du traîneau et du ski : beaucoup de lumière, et des températures raisonnables.

Août : De la lumière et du soleil en abondance, des sentiers moins fréquentés, et moins de piqûres d’insectes.

Décembre : Des rennes, de la neige et le père Noël lui même sont là pour vous mettre dans l’ambiance des fêtes.

À ne pas manquer
Une randonnée dans la nature sauvage autour de Saariselkä
Une balade dans la neige en traîneau à chiens ou à rennes
Naviguer sur un brise-glace à Kemi, nager dans la mer gelée, et passer la nuit dans un château de neige
Jouer au chercheur d’or dans la belle Lemmenjoki, et faire une randonnée dans le parc national
Un pique-nique avec vue au sommet du mont Saana à Kilpisjärvi
La visite du musée Arktikum pour en savoir plus sur cette région
La découverte de la culture same au Siida, à Inari
Une descente à skis dans la meilleure station de Laponie, à Levi
L’observation d’une fabuleuse aurore boréale

La Finlande célèbrera en 2017 le Centenaire de son accession à l’indépendance
En 2017, cent ans se seront écoulés depuis la déclaration d’indépendance de la Finlande. C’est en effet le 6 décembre 1917 que le pays devenait un État indépendant et une république démocratique.

L’Année centenaire 2017 est portée par un thème appelé Ensemble. Cette faste année finlandaise est ouverte à tous les Finlandais et à tous les amis de la Finlande. Tout au long de l’année commémorative, le thème Ensemble sera récurrent tant dans le programme du centenaire, appelé Suomi 100 (Finlande 100), que dans les modalités de mise en œuvre des évènements.

L’Année centenaire sera non seulement célébrée sur l’ensemble du territoire, mais aussi hors-frontières. Elle démarrera dès le 1er janvier et se poursuivra jusqu’au 6 décembre, date de la traditionnelle Fête de l’Indépendance.

La commémoration du centenaire se veut une œuvre collective sollicitant la contribution et la participation de chacun. Le programme de l’Année centenaire sera l’occasion de faire le bilan de ces cent années d’indépendance, d’examiner l’époque actuelle et de scruter l’avenir.

Toute personne peut déposer un projet dans le cadre du programme Suomi 100. Les projets déposés seront examinés jusqu’à la fin du mois d’octobre de l’Année centenaire. Les instructions relatives au dépôt des projets et le lien permettant d’accéder au formulaire en ligne sont disponibles sur ce site en trois langues : finnois, suédois et anglais.

Les préparatifs d’ensemble de l’Année centenaire ont été confiés à une entité, Suomi 100, qui œuvre dans la structure du Secrétariat général du gouvernement. Composé des Conseils généraux et des six plus grandes agglomérations de Finlande, le réseau régional de Suomi 100 est chargé de la mise en œuvre de l’Année centenaire sur tout le territoire. Les coordonnées des personnes à contacter sont disponibles sur ce site.

Rendez-vous en 2017, la faste année finlandaise !

carte finlande2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *