Le volcan Katla

photo du volcan katla

Le Katla est un volcan du type linéaire, typique de l'Islande à forme allongée due à la faille atlantique

Son nom en islandais signifie "bouilloire".

C'est la quatrième plus grand glacier qui le recouvre: Myrdalsjökull d'une surface de 600 km².Entre 200 m et 600 m de glace pèsent en permanence sur la caldeira.photo du glacier recouvrant le katla

Il prend souvent le nom des glaciers qui le surmontent.

Le Katla est situé dans le Sud de l'Islande, son point culminant est à 1512 m d'altitude. Au sommet se trouve une énorme caldeira  de 14 kilomètres de long et de 10 de large et profonde de plus de 750m.

Le Katla est un volcan très puissant spécialiste des Jökulhlaups (course de glaciers). Les islandais ont même donné un nom spécial pour le Katla: Kötlulhaups.

La chaleur dégagée à chaque éruption va faire fondre le glacier qui se trouve au dessus de lui de manière très rapide, ce qui va entraîner une crue puissante et dévastratrice, un véritable raz de marée qui emporte tout sur son passage jusqu'à l'océan.  Le flot de boue et de cailloux peut-être énorme. Il dévale à grande vitesse les pentes, emportant tout sur son passage. On a mesuré des débits de 100 mille mètres cubes par seconde

Dans la culture islandaise, passer entre le Katla et l'océan atlantique était une grosse prise de risque! Depuis les vikings et jusqu'au XXe siècle, les voyageurs construisaient un cairn avant de s'aventurer en dessous du Katla pour se prémunir du mauvais oeil du volcan et arriver à bon port de l'autre coté sains et saufs.Eyjaf_coupe

Le Katla est un proche voisin de l'Eyjafjöll. Ils ne sont séparés que de 20 kilomètres. Malgré une structure différente, l'eyjafjöll est un strato volcan, ils sont reliés par un réseau de canaux de magma. Ce qui fait dire que quand l'Eyjafjôll entre en éruption, son grand frère ne tarde pas à prendre la relève. 

Ce qui a été exprimé par le président de l'Islande Ólafur Ragnar Grímsson en 2010:

"Le temps est désormais venu, le Katla va bientôt entré en éruption. En Islande nous sommes prêts, c(est maintenant aux gouvernements européens et aux autorités aériennes de toute l'Europe de se préparer à l'éruption du Katla qui sera sans commune mesure avec celle de l'Eyjafjöll."

Les populations résidant dans de petits villages (nottament le village de Vik) alentours sont tous prêts à une évacuation rapide. Des exercices sont pratiqués tous les ans pour prévenir tout danger en cas d'éruption. 

Activité du Katla :

Au début de l’Holocène, une éruption majeure, appelée Solheimar, est datée de 12.000 avant JC, d’après la couche de tephra "Skogar". Le volume érupté est estimé à 6-7 km³, contribuant largement à la subsidence de la caldeira.

La tomographie sismique indique un réservoir magmatique superficiel, avec le fond situé à seulement 3 km sous la surface de la calotte glaciaire. Son volume est estimé à 10-12 km³ .

L’activité volcanique est caractérisée par une fréquence éruptive élevée (tous les 40 à 80 ans), la production de magmas basaltiques Fe-Ti  de composition stable au cours du temps, et une faible quantité de tephra siliciques.

En dépit de la dominante basaltique du magma, toutes les éruptions sont hautement explosives en raison de leur nature sous-glaciaire.

Les éruptions de 1245 et de 1262 ont créé la plaine Solheimasandur; celle de 1311, appelée “inondation Sturla”  a noyé la plaine Myrdalssandur.

Les éruptions de 1419 et 1490 ont recouvert d’épaisses couches de cendres le sud-ouest islandais, zone occupée par l’actuelle capitale.

En 1755, la partie Est de Myrdalssandur fut de nouveau noyée et la couche de cendres volcaniques épaisse et empoisonnée, causant des pertes humaines et animales conséquentes.

La plus récente éruption est datée de 1918, du 12 octobre au 4 novembre ; la possibilité existe d’une petite éruption en 1955, qui n’aurait pas réussi à briser la couverture glaciaire.

Lors de l’éruption de 1918, on rapporte qu’un iceberg de la taille de six maisons fut retrouvé flottant sur la mer. Cette éruption fut rangée en VEI 4+/ 5 , fonction d’une éjection de 700 Mm³ de matériaux, soit dix fois plus puissante que celle de l’Eyjafjallajökull, ou comparable à celle du St Helens en 1980.

La côte sud de l’Islande s’est  étendue de 5 km. à cause des dépôts des lahars.photo du katla en éruption

Durant l’été 1999, une certaine activité est notée dans la caldeira… la nuit du 18 juillet est marquée par un jökulhlaup dans la rivière Jökulsa a Solheimasandi. 

La source de cette débâcle est l’eau de fonte accumulée dans une dépression formée simultanément dans la surface du glacier et dans le bassin de drainage du Solheimajökul. La fonte est liée à une augmentation de l’activité géothermique.

Ses éruptions sont connues et craintes depuis des siècles sur cette île volcanique. Sa fréquence est de 60-80 ans et sa dernière éruption date de 1918. D'où la surveillance accrue de son activité. L'éruption en 2010 de l'Eyjafjöll, son voisin, fait craindre l'entrée en éruption du Katla.

dyn003_original_380_321_pjpeg_2676600_38780d1d7a9220fef725e.jpg

Le jökulhaups de 2011:

Ce n'est pas une véritable éruption sous glaciaire typique du Katla mais un relachement de gaz/chaleur de la caldeira qui entraina un jökulhaups en 2011.

Le 17 Juin 2011, des trémors ( séisme volcanique engendré par la remontée du magma lors d'une éruption volcanique. Les vibrations sont provoquées par les chocs du magma, des bulles de gaz volcaniques et des blocs solides contre les parois de la cheminée volcanique.) sont observés. Le 8 juillet, les trémors reprennent fiasant craindre l'arrivée d'un éruption. La chambre magmatique se remplit encore. Puis les capteurs d'une des rivières sortant du Myrdalsjökull, la Mulakvisl, indique une augmentation de la conductivité dans l'eau. En amont du pont de la rivière, une balise de détection des jökulhaups indique qu'à 4h du matin le niveau de la rivière est monté de 5 mètres.