Brise glaces

glace rompue

Les Brise glaces sont les éléments indispensable pour assurer une présence dans l'arctique.

Mais à quoi sert un brise-glace?

Les brise glaces servent comme leur nom l'indique à briser la glace. Il peut ainsi seul aller sur tous les points de l'arctique en autonomie complète. Bien évidemment, si sa puissance et son autonomie le lui permettent. Il sert à dégager des voies commerciales maritimes, des ports pour permettre la sortie des bateaux de pêche permettant ainsi d'assurer une navigation toute l'année. Il sert enfin à secourir des bateaux qui se seraient coincés dans les glaces par mégarde.

Et comment fonctionne un brise glace?

Un brise glace est efficace grâce à la forme particulière de sa proue. L'étrave est arrondie et convexe. Sa coque glisse sur la glace et grâce à son poids casse la glace. La forme de sa coque lui permet d'écarter la glace ainsi cassée et de passer dans le canal créé. Les brise glaces de haute mer et de spécificité arctique sont équipés de moyens plus performants. Ils possèdent un système de soufflerie sur les flancs qui permet d'écarter et de briser la glace. Ils ont une double coque métallique ballastée à l'intérieur pour plus d'efficacité. Leur système de propulsion est aussi plus perfectionné que les navires classiques. Ils peuvent ainsi faire marche arrière pour reprendre de l'élan et ne pas se trouver bloqué. Certains ont la possibilité de faire rouler le navire d'un bord à l'autre, évitant ainsi d'être pris dans la glace. Ce phénomène est possible grâce à des ballasts latéraux et de puissantes pompes. Ces navires ne sont pas de bons bateaux pour naviguer s'ils ne possèdent pas de système antiroulis. La forme de leur étrave et leur quille ronde les rend propices au roulis. Leur attaque des vagues n'est pas non plus optimale de par leur étrave particulière. Ils sont vulnérables au Slamming. Les derniers sortis de production sont équipés de propulseurs latéraux qui les mettent à l'abri de ces inconvénients.

fonctionnement d'un brise-glace

 

Types de brise glaces

Plusieurs classes de brise-glaces existent, les classiques à propulsion diésel et ceux à propulsion nucléaire. Ils se distinguent aussi par l'épaisseur de la glace qu'ils peuvent briser. En projet pour 2016, Total développe des méthaniers brise-glace afin de pouvoir transporter du gaz naturel liquéfié.

Brise glaces dont la puissance est de 45 000 chevaux ou plus:

Les plus gros à propulsion nucléaires sont tous propriété de la Russie. Elle en possède 4 en état de fonctionner :

brise glace taymir

Le Taymyr mis à l'eau en 1989

brise glace Vaygar

Le Vaygach : mis à l'eau en 1990  

brise glace Yamal

Le Yamal: mis à l'eau en 1993

brise glace 50 Let Pobedy

Le 50 Let Pobedy mis à l'eau en 2007

3 nouveaux brise glaces sont en commande et 1 est en cours de fabrication, il est connu sous le nom de projet 22220 et baptisé l'Arktika. Il sera le plus gros brise glace du monde. Sa coque a été mise à l'eau le 16 Juinb 2016 à Saint Pétersbourg.

Ce premier brise glace de génération nouvelle, construit actuellement aux chantiers navals Baltiïski zavod sera doté de systèmes de communication et de navigation qui ne gèlent pas à -50° C  a annoncé la société Tranzasde Saint-Pétersbourg, concepteur de l'équipement. La société a développé un système de chauffage unique pour les équipements de radionavigation qui seront installés sur le pont et resteront opérationnels à des températures allant jusqu'à -50 degrés. Aux termes du contrat, la construction du brise-glace doit être achevée en décembre 2017. Le second, le Siberia a été mis sur cale le 26 mai au chantier Baltic Shipyard de Saint-Pétersbourg .Longs de 173 mètres pour une largeur de 34 mètres. Les navires, qui pourront briser jusqu’à trois mètres de glace, seront propulsés par le réacteur nucléaire RITM 2000 d’OKBM d’une puissance de 50 MW.  Ils sont destinés à conduire des convois maritimes transportant essentiellement des hydrocarbures, extraits par la Russie dans la mer de Kara, vers les marchés des pays de la région Asie-Pacifique. Le navire est conçu pour être exploité tant dans les eaux arctiques qu'aux embouchures des fleuves polaires

 

projet de brise glace russe

 

Les Etats Unis possèdent un brise glace à propulsion diésel dont la puissance est de 45 000 chevaux. C'est le Polar Star mis à l'eau en 1976 et rénové en 2013. brise glace polar star Ce navire de 122 mètres de long de 25.45 m de large et de 42m haut depuis la ligne de flottaison peut fendre1,8 m de glace à trois nœuds de vitesse (environ 5 km/h) et jusqu'à six mètres de banquise selon la manœuvre dite d'« éperonnage. Il est équipé de six moteurs diesel Alco 16V-251F (6 × 3,000 hp) et de trois turbines à gaz Pratt & Whitney FT-4A12  (3 × 25,000 hp). Sa vitesse est de 18 nœuds  (33 km/h; 21 mph) en eau libre et de 3 nœuds (5.6 km/h; 3.5 mph) dans 1,8 m de glace. Il possède une autonomie de 16000 miles nautiques à une vitesse de 18 nœuds et de 28275 miles nautiques à 13 nœuds. Son équipages est composé de 127 marins, 15 officiers, 33 scientifiques et 1é personnes chargés de l'hélicoptère.

Le président Obama a annoncé sa volonté d'avoir des moyens d'action conséquent dans l'océan arctique. Il a demandé au Congrès de valider la construction de plusieurs brise glaces.

 

Brise glaces dont la puissance est comprise entre 20 000 et 45 000 chevaux:

La Russie en possède 19. LAlexey Chirikov (2013)Vitus Bering (2013)Akademik Tryoshnikov (2011)Varanda(2008)St. Petersburg(2008), Moskva (2007)  Vladislav Strizhov (2006) Yuri Topchev(2006), le Pacific Enterprise (2006), le Pacific Endeavor (2006), le Pacific Endurance (2006) le Kapitan Dranitsyn (1980 rénové en 1999) qui  a atteint le Pôle Nord, le Kapitan Sorokin (1977 rénové en 1990), le Vladimir Ignatyuk (1983), le Kaîtan Khlebnikov (1981), le Kapitan Nikolayev(1978), le Krasin (1976), l'Admiral Makarov (1975), ke Yemak (1974).

Quatre brise glaces de cette puissance sont en construction: le Victor Chemorydin, le LK-16 #1, le LK-16#2, le LK-16#3.

La Suède en possède 4:  l'Oden (1989) qui a atteint le Pôle Nord, l'Ymer (1977), le Frej (1975), l'Atle (1974).

La Finlande en possède 6: le Nordica (1989), le Fennica (1993), le Kontio(1987), l'Otso (1986), le Sisu (1976), l'Urho (1975).

Le Canada en possède 2 :

* Le Louis st Laurent qui date de 1969 (rénové en 1993) qui a atteint le Pôle Nord. Longueur: 120m      Tirant d'eau:10m      Puissance:20 142 KW.

* Le Terry Fox qui date de 1983. Longueur: 88m     Tirant d'eau:8m      Puissance:17 300 KW.

* Le john G.Dienfenbaker est en projet.

Les Etats Unis possèdent l' Aiviq mis à l'eau en 2012 et le Healy en 2000. Ce dernier a atteint le Pôle Nord en Septembre 2015;

Le Japon possède le Shirase mis à l'eau en 2009.

Brise glaces dont la puissance est comprise entre 10 000 et 20 000 chevaux 

La Russie en possède 16: le Vidar Viking (2001), l'Akademik Fedorov (1987) qui ont atteint le Pôle Nord, le Murmansk (2015), le Baltika (2013), le Polar Pevek (2006), le Scf Sakhalin (2005), le Vasiliy Golovnin (1988), l'Ikaluk (1983), le Smit Sakhalin (1983), le Smit Sibu (1983), le Dikson (1983), le Mudyug (1982), le Magadan (1982), le Kigoriak (1977), le Dudinka (1970), le Tor (1964) .Trois brise-glaces de cette puissance sont en construction sous le nom de code R70202.

La Suède possède le Tor Vikinf et le Balder Viking qui datent de 2011.

La Finlande n'en possède qu'un : le Voima qui est très ancien puisque construit en 1969 et rénové en 1979. Le projet NB 510 devrait voir le jour en 2016.

Le Canada en a quatre:

* L'Amundsen (1979 rénové en 2013)   Longueur: 98m     Tirant d'eau:7m      Puissance:10 142 KW.

* L'Henry Larsen (1988)  Longueur: 100m      Tirant d'eau:7m      Puissance:12 174 KW.

* Le Des Groseillers (1983)  Longueur: 98m     Tirant d'eau:7m      Puissance: 10 142 KW.

* Le Pierre Radisson (1978)  Longueur: 98m     Tirant d'eau:7m      Puissance:10 142 KW

Le Danemark en possède quatre: le Brage Viking (22012), le MAgne Viking (2011), le Loke Viking (2011) et le Njord Viking (2011).

L'Estonie en possède deux: le Btnica (1998) et le Tarno (1963).

Sept pays en possèdent un: La Chine (Xue Long – Dragon-des-Neiges – de 1993), le Chili (Almirante Oscar Viel de 1967), l'Australie (l'Aurora Australis de 1990), L'Allemagne (Le Polarstern de 1982), la Corée du sud ( l'Araon de 2009), l'Afrique du Sud (l'Agulhas II de 2012), la Lettonie (le Varma prévu pour une utilisation baltique), la Norvège (Le Svalbard de 2002).

Dans ces sept pays, cinq ont prévu d'en construire un nouveau. La Chine a prévu un vaisseau de support polaire pour 2016, l'Australie pour 2019, l'Allemagne pour 2016, la Norvège pour 2015 et le Royaume Uni  sans date de livraison prévue.

Il existe des brise glaces plus petit dits "légers" qui ne sont pas prévus pour l'arctique

Le Canada en possède 12: 

7 Navires polyvalents de grande endurance:

* Le Sir Wilfrid Laurier de 1986,  Longueur:83m  Tirant d'eau: 6m      Puissance:5250 KW.

* Le Edward Cornwallis de 1986 Longueur:83m  Tirant d'eau: 6m      Puissance:5250 KW.

* Le Georges R. Pearkes de 1986 Longueur:83m  Tirant d'eau: 6m      Puissance:5250 KW.

* Le Ann Harvey de 1987 Longueur:83m  Tirant d'eau: 6m      Puissance:5250 KW.

* Le Martha L. Black de 1986 Longueur:83m  Tirant d'eau: 6m      Puissance:5250 KW.

* Le Sir William Alexander de 1986 Longueur:83m  Tirant d'eau: 6m      Puissance:5250 KW.

* Le Griffon de 1970 Longueur: 71m  Tirant d'eau: 6m      Puissance: 2984 KW.

3 Navires polyvalents d'endurance moyenne:

* Le Samuel Risley de 1985  Longueur: 70m  Tirant d'eau: 6m      Puissance: 6595 KW.

* Le Earl Grey de 1986  Longueur: 70m  Tirant d'eau: 5m      Puissance: 6500 KW.

* Le Tracy de 1968  Longueur: 55m  Tirant d'eau: 4m      Puissance: 1492 KW.

2 Véhicules à coussin d'air pour les fleuves:

* Le Sui-muin de 1998  Longueur: 28m       Puissance:2818 KW.

* Le Mamilossa de 2009 Longueur :28m     Puissance: 3281 KW.

Actualité

La Russie compte construire un brise-glace capable de passer à travers une couche de plus de quatre mètres de glace.

Les travaux de conception du plus gros et du plus puissant brise-glace nucléaire du monde, baptisé Lider (Leader en russe), ont commencé en Russie, a annoncé  Oleg Timofeïev, directeur adjoint du Centre scientifique d'Etat Krylov.

Selon lui, il s'agit d'un navire d'une puissance de plus de 110-120 MW, capable de passer à travers une couche de plus de quatre mètres de glace et de conduire des convois de gros pétroliers au tirant d'eau supérieur à 30  000 tonnes qui empruntent le passage du Nord-Ouest pour relier l'Atlantique et le Pacifique en passant par l'Arctique — un passage qui réduit le trajet entre l'Asie et l'Europe de plusieurs jours comparé au traditionnel passage par le canal de Suez.

« Passer à travers une couche de glace de quatre mètres n'est pas la mission principale du navire. Les glaces de cette épaisseur n'existent que près du pôle et sont rares sur les voies maritimes. Le gros du travail du navire consistera à passer à travers les glaces de 1,5 à 2 mètres d'épaisseur et à laisser derrière lui un passage de 50 mètres de largeur », a expliqué le responsable.

Le navire attendu pour 2023 devrait coûter entre 0,7 et 1,2 milliard d'euros.

Pour les pationnés et les curieux, un site vous présente plus de 300 vidéos de brise glaces.

briseglaces     Framepool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *